Actualités

Offrir le meilleur environnement numérique : la Suisse célèbre la journée nationale du digital

L’innovation et les technologies les plus pointues dans le domaine du numérique font de la Suisse un pays à part ; elle offre un cadre idéal pour les entreprises de technologie étrangères à la recherche d’un accès à un écosystème innovant en pleine croissance. La Suisse célèbre aujourd’hui pour la première fois la journée nationale du digital, une initiative menée dans tout le pays sous la direction de digitalswitzerland et en collaboration avec plus de 40 organisations partenaires, dont Switzerland Global Enterprise.

Bureaux d’Open Systems AG à Zurich
La Suisse offre un cadre idéal pour les entreprises de technologie étrangères à la recherche d’un accès à un écosystème innovant en pleine croissance.

L’administration fédérale, les acteurs économiques et le monde académique travaillent ensemble de manière soutenue pour dessiner le futur de la Suisse en tant que nation de la « deep tech » et donner un coup d’accélérateur à l’innovation digitale. En 2016, le Conseil fédéral a voté une stratégie pour le numérique afin de créer des conditions optimales pour le secteur. Cette stratégie nationale met l’accent sur trois axes majeurs : attirer les meilleurs talents du numérique, aider les entreprises existantes à relever les défis du digital et renforcer de manière significative l’écosystème helvétique pour les start-up.

La première journée nationale du digital, qui a lieu en ce jour du 21 novembre 2017, rentre dans ce cadre. Sous la direction de l’initiative nationale digitalswitzerland et en collaboration avec plus de 40 organisations partenaires, y compris Switzerland Global Enterprise, la première journée suisse du digital se déroule en même temps dans l’ensemble du pays. Plus de 40 entreprises et institutions, aussi bien de la sphère économique qu’académique, montreront au public ce que numérisation veut dire exactement aujourd’hui et pourrait signifier à l’avenir. Cette journée d’action se tient sous les auspices de Doris Leuthard, la présidente de la Confédération, et de Johann Schneider-Ammann, représentant du Conseil fédéral, avec la participation active du conseiller fédéral Alain Berset.

Une longue tradition d’innovation dans tous les domaines

L’innovation et les technologies les plus pointues dans le domaine du numérique font de la Suisse un pays à part. C’est ici, au CERN, à Genève, qu’est née une manière totalement nouvelle de penser, le World Wide Web. La Suisse abrite également le supercalculateur le plus puissant en Europe, et le troisième au niveau mondial.

Le pays offre un cadre idéal pour les entreprises de technologie étrangères cherchant à avoir accès à un écosystème innovant en pleine croissance, à améliorer leur compétitivité et à pénétrer le marché européen. Depuis 1956, les entreprises internationales de technologie y ont implanté leurs centres de recherche et de développement. La Suisse abrite le centre de recherche et de développement de Google le plus important en dehors des États-Unis, avec plus de 2000 collaborateurs basés à Zurich. « En Suisse, nous trouvons les meilleurs talents, une tradition d’innovation, une grande diversité de ressources humaines, la stabilité politique, et une excellente qualité de vie pour nos collaborateurs », explique Patrick Warnking, Country Director de Google Suisse. Google a étendu ses sites en Suisse au début de l’année et annoncé qu’ils accueilleraient jusqu’à 5000 nouveaux collaborateurs d’ici 2020.

La Silicon Valley de la robotique

Les universités suisses sont à la pointe de la recherche en robotique et dans l’intelligence artificielle. Google, Apple et Facebook se battent pour attirer les meilleurs talents. Les deux écoles polytechniques, l’ETH de Zurich et l’EPF de Lausanne, se classent régulièrement parmi les meilleures d’Europe et forment des collaborateurs hautement qualifiés pour un marché sur lequel la science et l’industrie travaillent main dans la main. « Nous avons la possibilité de recruter les meilleurs enseignants en provenance du monde entier, en particulier dans le domaine de la robotique. En même temps, on nous considère comme la Silicon Valley de la robotique », explique Roland Siegwart, du laboratoire des systèmes autonomes à l’ETH de Zurich. Avec son siège social à Zurich, ABB est de loin l’acteur international connaissant la plus grande réussite dans les robots industriels, avec 132 000 collaborateurs dans le monde et un chiffre d’affaires de 34 milliards de dollars (voir l’article de Forbes «How Switzerland Became The Silicon Valley Of Robotics»).

La Suisse est riche d’une histoire de création de partenariats, de facilitation d’échanges de savoir-faire, de construction de passerelles, de manière d’agir de façon responsable et dans l’intérêt du plus grand nombre. La fondation indépendante Mindfire a été créée en juillet 2017 pour donner naissance à un nouvel épicentre de l’intelligence artificielle encadré par les lois suisses, à but non lucratif et avec pour objectif de rendre la propriété intellectuelle dans le domaine de l’intelligence artificielle accessible pour le bien de tous. Mindfire fait appel à des talents du monde entier et les regroupe pour décrypter le cerveau pour l’humanité. La première mission en direction de cet objectif, Mission-1, sera lancée en mai 2018. À la différence des autres projets dans ce domaine, Mindfire est un mouvement indépendant réunissant des individus, des gouvernements, des organismes de recherche et des entreprises en mettant en place un format basé sur une blockchain pour exploiter et attribuer systématiquement la propriété intellectuelle à la source.

Un écosystème favorable à la cybersécurité

Avec sa longue tradition de neutralité et un ensemble unique de lois sur le respect de la confidentialité, la Suisse correspond exactement aux besoins d’entreprises de technologie spécialisées dans la cybersécurité. Le siège social de Proton Technologies AG, une jeune entreprise prospère, est situé en Suisse. Elle regroupe des connaissances techniques et mathématiques très poussées en provenance des meilleures institutions de recherche au monde et une expertise en chiffrement de bout en bout. ProtonMail est devenu le service de messagerie le plus sécurisé au monde, avec des millions d’utilisateurs à travers la planète. ProtonMail est situé dans un ancien centre de commandement militaire au plus profond des Alpes suisses, ce qui protège physiquement au maximum les données de ses clients. Par ailleurs, la Suisse applique un ensemble de lois très différentes en matière de protection de la vie privée que les États-Unis ou l’Union européenne, dont elle ne fait pas partie. « Nous sommes convaincus que seul un mix de technologie et de protection légale permet de mettre en place une sécurité globale et la Suisse offre la combinaison optimale des deux. En associant les infrastructures informatiques de haut niveau et l’environnement juridique unique du pays, ProtonMail peut offrir un service à la fois fiable et sécurisé », affirme Andy Yen, cofondateur et PDG de Proton Technologies.

Liens

Partager

Autres articles d''intérêt

Partenaire Premium

Partenaires stratégiques

Partenaire institutionnel

Programme officiel