Actualités

Exportations vers l’Arabie saoudite: quels débouchés pour les sociétés suisses dans le royaume?

Depuis qu’elle a annoncé des réformes dans les domaines économique et social, l’Arabie saoudite attire les entreprises étrangères en offrant de nouvelles perspectives commerciales. Quelles sont les occasions à saisir pour les PME suisses? Et quels sont les obstacles à surmonter?

L’Arabie saoudite est déjà le deuxième partenaire commercial de la Suisse au Moyen-Orient
L’Arabie saoudite est déjà le deuxième partenaire commercial de la Suisse au Moyen-Orient

Quand réformes de fond rime avec débouchés commerciaux 

L’Arabie saoudite est sur le point de vivre de profondes mutations économiques. Cette situation découle en grande partie de l’annonce faite par le prince héritier Mohammed ben Salmane en avril 2016. Encore vice-prince héritier à l’époque, il avait présenté la «Vision 2030», un train de réformes visant à réduire la dépendance au pétrole de l’Arabie saoudite et à diversifier son économie. Ce projet prévoit notamment des privatisations et des libéralisations dans divers secteurs économiques dans le but de promouvoir les investissements étrangers et le transfert de savoir-faire.
Selon Ruedi Büchi, consultant senior pour les pays du Moyen-Orient chez S-GE à Zurich, les PME ont également réagi à ces évolutions. «Depuis l’annonce de Vision 2030, les exportateurs suisses s’intéressent encore davantage à l’Arabie saoudite.»
Aujourd’hui, le royaume est déjà le deuxième marché d’exportation du monde arabe pour les entreprises suisses. L’Arabie saoudite est un marché d’une grande importance, en particulier pour l’industrie du luxe.

Des avantages concurrentiels grâce à un accord de libre-échange

L’accord de libre-échange conclu par la Suisse avec l’Arabie saoudite est entré en vigueur en 2014. Il donne aux exportateurs suisses un avantage concurrentiel décisif. Ruedi Büchi précise: «Contrairement à l’UE, la Suisse est liée économiquement au Conseil de coopération du Golfe par un accord de libre-échange. Le Conseil de coopération du Golfe se compose de l’Arabie saoudite, mais aussi de Bahreïn, du Qatar, du Koweït, d’Oman et des Émirats arabes unis. L’accord de libre-échange signé avec ces pays ménage aux exportateurs suisses des réductions de droits de douane fort avantageuses.»

Témoignage de deux femmes d’affaires 

Afin de présenter aux PME suisses les opportunités commerciales qui s’offrent à elles en Arabie saoudite, Switzerland Global Enterprise a organisé un voyage à Riyad pour femmes d’affaires. Sous la direction de la présidente du conseil d’administration de S-GE, Ruth Metzler-Arnold, des réunions avec les chambres de commerce locales, des représentants des autorités et des entrepreneurs saoudiens se sont tenues pendant quatre jours.

À la question de savoir qu’est-ce qui l’a poussée à entreprendre ce voyage en Arabie saoudite, l’une des participantes, Marion Klein, PDG et propriétaire de Pack Easy AG, PME spécialisée dans la fabrication et la vente de bagages à Emmen (Lucerne), répond: «L’Arabie saoudite est à la veille d’une profonde mutation économique et sociale. Le marché et les habitants sont à la fois ouverts et dynamiques. Il s’agit là de conditions très favorables pour nous, PME internationales.»

Yvonne Breier, responsable marketing chez Kägi Söhne AG, une société produisant des gaufrettes au chocolat, a également participé à ce voyage: «Aussi surprenant que cela puisse paraître, l’Arabie Saoudie est aujourd’hui le premier marché d’exportation de Kägi.» Cette PME du Toggenburg est présente dans le royaume depuis 1981. Comment Kägi est-elle parvenue à s’implanter sur le marché saoudien? «D’une part, la consommation relativement élevée de sucreries dans le pays nous a certainement bien aidés», indique Yvonne Breier pour expliquer ce succès. «D’autre part, en tant qu’entreprise suisse, nous tirons profit de la grande importance que les consommateurs saoudiens accordent à la qualité de leurs produits alimentaires.»

Ruth Metzler-Arnold, présidente du conseil d’administration de S-GE, ne tarit pas d’éloges sur les participantes suisses: «Je suis vraiment impressionnée par le professionnalisme avec lequel les 15 femmes d’affaires suisses, issues de secteurs divers et variés, se sont présentées, et je suis ravie de l’enthousiasme et de l’engouement suscités chez nos interlocuteurs saoudiens.»

Des défis d’ordre culturel

«En parlant avec les gens, vous sentez vite que la Suisse jouit d’une excellente réputation en Arabie saoudite», indique Marion Klein. Elle souligne néanmoins que la qualité et la «swissness» ne suffisent pas pour réussir: «La culture des affaires saoudienne est déjà un défi en soi. Ainsi, les règles morales et religieuses y jouent un rôle bien plus important que dans nos sociétés occidentales.»

Et Yvonne Breier d’en donner un exemple: «Si la marque suisse est extrêmement appréciée ici, cela ne signifie pas pour autant qu’il faille présenter les produits avec la croix suisse. En effet, celle-ci est souvent considérée comme un symbole religieux et peut être perçu comme offensante.»

Un potentiel commercial à exploiter

Vous souhaitez évaluer sans engagement votre potentiel commercial en Arabie saoudite? Prenez rendez-vous avec notre consultant senior Benedikt Schwartz, pour discuter de vos projets d’exportation.

Unternehmerreise nach Saudi-Arabien

Sie interessieren sich für Saudi-Arabien? Auf einer individuellen Geschäftsreise können Sie potenzielle Geschäftspartner kennenlernen sowie Gespräche mit offiziellen Stellen oder anderen Marktexperten führen. Auf Wunsch planen wir die Logistik für Tagungen, organisieren einen Netzwerkpartner für die kulturelle Einführung oder suchen einen Übersetzer. Diese Leistungen bieten wir sowohl einzelnen Unternehmen, wie auch Gruppen an. 

Informationen

Liens

En savoir plus sur le sujet
Partager
How should we contact you?

Partenaire Premium

Partenaires stratégiques

Partenaire institutionnel

Programme officiel