Actualités

Protectionnisme vs mondialisation: focus sur quatre régions du monde

Quels marchés sont en train de s’ouvrir, lesquels se ferment avec des taxes douanières élevées ou d'autres mesures protectionnistes? Une enquête auprès des responsables des Swiss Business Hubs (SBH) décrit la situation aux USA, dans les États du Golfe, en Allemagne et en Chine.

Des temps turbulents pour les exportateurs suisses entre mondialisation et protectionnisme
Des temps turbulents pour les exportateurs suisses entre mondialisation et protectionnisme

Dans quelle direction votre pays ou votre région va-t-il? Le libre-échange est-il favorisé ou des mesures protectionnistes s'annoncent-elles?

Chris Watts, Head of SBH Middle East: Les pays du Golfe sont déjà fortement intégrés dans l'économie mondiale et la tendance va nettement en direction de l'ouverture du marché. Ces pays en dépendent aussi très fortement, car ils importent plus de 90% des produits alimentaires de l'étranger. Par ailleurs, la technologie continue à provenir majoritairement de l'Occident, mais toujours plus également de Chine et de l'Extrême-Orient. La dépendance de l'étranger est bien présente et les États du Golfe ne peuvent pas se permettre d'instaurer des mesures protectionnistes.
Caroline Blaser, Head of SBH USA: Tout le monde a vu que les Etats-Unis ont annoncé et imposé des droits de douane. Dans certains cas, il est aussi arrivé que certains investissements directs aient été bloqués. À cela s'ajoute une rhétorique anti-mondialisation de l'administration. Aux Etats-Unis, la tendance est donc plutôt au protectionnisme.
Yves Morath, Head of SBH China: Depuis l'ouverture à l'économie du marché, la Chine s'est engagée très clairement à se positionner au niveau international pour l'ouverture du marché. D'autre part, les décideurs chinois sont convaincus qu'il faut des mesures protectionnistes à court et à moyen terme pour préserver la compétitivité de la Chine.
Britta Thiele-Klapproth, Head of SBH Germany: On ne peut nier que l'Allemagne est championne du monde en termes d'exportation et nous mettons bien entendu tout en œuvre pour continuer à gagner ce championnat du monde. Je dirais donc tout à fait clairement que la tendance est au libre-échange.

 

Quels obstacles les exportateurs suisses doivent-ils franchir sur leur marché?

Chris Watts, Head of SBH Middle East: Il existe un certain obstacle en ce qui concerne l'engagement de l'entreprise. En tant qu'entreprise, il faut défendre son activité dans les États du Golfe, sinon les perspectives de succès sont faibles.
Caroline Blaser, Head of SBH USA: Les obstacles sur le marché américain ne sont pas attribuables aux développements les plus récents. Ils se sont toujours situés au niveau des réglementations. Ces obstacles sont très importants, car les USA ont de façon générale un système très complexe.
Yves Morath, Head of SBH China: Les restrictions se situent dans le fait que la Chine se focalise dans certains domaines sur la prise en compte d'entreprises chinoises. La Chine définit des normes qui sont différentes de celles de l'étranger. Cela n’est naturellement pas sans conséquences pour les entreprises étrangères qui ne produisent pas en Chine. Il existe un certain risque qu'elles soient évincées du marché.
Britta Thiele-Klapproth, Head of SBH Germany: Je ne vois aucun obstacle. Les relations commerciales bilatérales sont très bien établies. Je ne peux pas parler d'obstacles.

Quelles mesures facilitent-elles aux PME suisses l'exportation sur leur marché?

Chris Watts, Head of SBH Middle East: Grâce à l'accord de libre-échange, nous avons une bonne relation très réglementée et un bon accès aux marchés dans les pays du Golfe. La mise en œuvre de cet accord de libre-échange posait encore des problèmes, raison pour laquelle il y a eu un retard. Il s'agit maintenant de démontrer aux entreprises suisses toutes les possibilités dans le cadre de cet accord pour qu'elles s'efforcent d'obtenir des exonérations de droits de douane.
Caroline Blaser, Head of SBH USA: En vue de l'ouverture du marché, j'emploierais plutôt le terme de «déréglementation». L'administration Trump est certainement une administration orientée business qui a fortement misé sur la déréglementation. Cela a également été prouvé par la réforme fiscale et c'est certainement une opportunité pour les entreprises suisses.
Yves Morath, Head of SBH China: La Chine ouvre de façon générale le marché dans certains domaines. La Chine a conclu un accord de libre-échange avec la Suisse, ce qui est particulièrement pertinent pour la Suisse. Depuis son entrée en vigueur en juillet 2014, il est utilisé de manière assidue et offre à l'économie suisse en Chine un avantage concurrentiel non négligeable.

Britta Thiele-Klapproth, Head of SBH Germany: Nous avons fait un grand pas en matière d'allègement, du point de vue financier et temporel, avec l'actualisation de la reconnaissance de l'évaluation de la conformité. Ainsi, il est plus facile pour les exportateurs suisses de mettre leur produit sur le marché allemand ou celui de l'UE.

Étude pour les exportateurs suisses

Quelles conditions et opportunités les entreprises suisses travaillant à l'international attendent-elles dans le champ de tension entre mondialisation et protectionnisme? C'est la question à laquelle répondent les professeurs d'économie Simon J. Evenett (Université de Saint-Gall) et Patrick Ziltener (Université de Zurich) dans l’étude qu’ils ont menée pour Switzerland Global Enterprise (S-GE). À propos de l'étude

Liens

Partager
Comment souhaitez-vous être contacté ?

Partenaire Premium

Partenaires stratégiques

Partenaire institutionnel

Programme officiel