Actualités

Mark Untersander: «La marque «Suisse» suscite des émotions positives au Chili»

Le Chili est devenu une destination prometteuse pour les technologies propres «made in Switzerland». Mais comment fonctionne ce marché et quels sont les débouchés pour les entreprises suisses? Entretien avec Mark Untersander, Head of Trade Point Chile.

Mark Untersander, Head of Trade Point Chile
Mark Untersander, Head of Trade Point Chile

Mark Untersander, «cleantech» est un terme général. Quels secteurs offrent aux entreprises suisses des opportunités commerciales concrètes?

En effet, le terme de «cleantech», les technologies dites «propres», peut s’appliquer à toutes sortes de domaines. Ces technologies, services et procédés de fabrication permettant de préserver l’environnement et les ressources naturelles sont demandés dans tous les secteurs d’activité. Avec une population d’environ 18 millions d’habitants, le Chili est un petit pays et, à l’échelle mondiale, il n’est pas réputé être un lieu de production majeur. En Suisse, on rencontre donc rarement des services ou des produits industriels chiliens. Mais dans le secteur primaire, la situation est bien différente: le pays est un acteur majeur de l’exploitation minière, où des milliards de dollars sont investis et générés. Les innovations dans les domaines de l'eau, de l'énergie, du traitement des déchets et des risques naturels sont très demandées. Le Chili est également un acteur important dans les domaines de l’agriculture, de la foresterie ou encore de la pêche maritime. On trouve désormais des produits chiliens – avocats, pommes, vin – dans les rayons de tous les supermarchés suisses.

L’extraction de cuivre et de lithium est bien développée au Chili, qui produit 27% du cuivre et 40% du lithium mondial. Les entreprises suisses ont-elles une place sur ce marché?

Les matières premières d'origine chilienne sont très présentes dans notre quotidien. Par exemple, le cuivre et le lithium se retrouvent dans les téléphones portables, les automobiles ou encore dans la domotique. La demande mondiale augmente et le Chili, en tant que leader du marché, cherche à consolider sa position. Dans cette optique, la «durabilité» joue un rôle de plus en plus important. D’une part, les voitures électriques, par exemple, sont considérées comme des technologies propres mais contiennent beaucoup de cuivre et de lithium; d'autre part, l'industrie minière cherche à se défaire de son image de pollueuse. Le gouvernement chilien s'est fixé pour objectif de produire de manière plus durable ces matières premières, qui sont de plus en plus nécessaires aux technologies du futur, afin de réduire les dommages environnementaux et s’assurer un avantage concurrentiel planétaire. Aussi, les sociétés minières chiliennes prévoient investir plus de 60 milliards de francs suisses dans leurs mines de cuivre sur les huit prochaines années. Une partie importante de cette somme sera consacrée au développement de solutions durables, basées sur les technologies propres les plus avancées au monde. Nos entreprises peuvent tirer parti de ce marché en pleine croissance en misant sur la réputation de la Suisse comme foyer d’innovation respectueux de l’environnement et proposant des produits de haute qualité.

Le Chili est un pays très ouvert, qui fait tout pour attirer les partenaires étrangers.

Comment les exportateurs suisses peuvent-ils réussir leur entrée sur ce marché et participer à ces projets?

De nombreuses voies mènent au Chili. Plus de 200 entreprises suisses se sont implantées ici, par toutes sortes de portes d’entrée. Il faut souligner que le Chili est le pays qui a signé le plus grand nombre d’accords de libre-échange au monde; il est donc considéré comme un marché très ouvert. Il est membre de l'OCDE et politiquement très stable; on pourrait presque parler de «Suisse» de l’Amérique du Sud! Néanmoins, c’est un pays très lointain et doté de ses propres règles. Switzerland Global Enterprise et le Trade Point Chile proposent une vaste palette de ressources et prestations visant à aider les exportateurs suisses à s’y implanter. Nous coopérons d’ailleurs avec des groupes d’experts en Suisse ou, sur place, avec la chambre de commerce binationale, qui promeut les échanges entre entreprises.

Quelles sont les principales exigences réglementaires qui attendent les entreprises suisses au Chili?

Le Chili est un pays très ouvert qui tient à se montrer accueillant envers les partenaires étrangers. S’il existe des obstacles réglementaires spécifiques à chaque secteur, ils sont clairement secondaires par rapport aux défis culturels et au fonctionnement général du marché, notamment en termes de prix et de qualité.    

Les entreprises sont tout à fait disposées à payer davantage pour des produits et services vraiment fiables.

Pouvez-vous nous en dire plus sur les défis culturels?

Il est indispensable de nouer de bons contacts au Chili pour réussir son entrée sur le marché. Des décisions qui peuvent, à nous les Suisses, sembler irrationnelles, résultent souvent d'un manque de réseaux ou de recommandations personnelles. De par son ouverture et ses liens commerciaux étroits avec l’Asie, le pays a accès à des produits très bon marché, ce qui peut avantager les producteurs asiatiques, les Chiliens ayant souvent une optique plutôt orientée à court terme.

La qualité suisse est-elle un argument de vente au Chili?

J’en suis convaincu! Chaque jour, nous voyons que la marque «Suisse» suscite des émotions très positives, auprès du grand public comme dans le monde des affaires. Ça aide sans aucun doute à nouer de précieux contacts. Il y a aussi le fait qu’une mine de cuivre, par exemple, génère chaque jour des millions de dollars de recettes. Les temps d’arrêt entraînent donc d'énormes pertes financières et les entreprises sont alors prêtes à payer plus cher pour des produits et services vraiment fiables. Pour réussir à s’implanter, nos exportateurs doivent donc être en mesure de démontrer ces avantages aux clients potentiels. Dans tous les cas, il faut de la persévérance, de la patience et une certaine opiniâtreté.   

Que fait le Trade Point Chile pour aider les PME suisses à exporter au Chili?

Le Trade Point se situe au carrefour du commerce, de la politique, de la recherche et des relations internationales. Souvent, ces liens, ajoutés à notre proximité avec la Suisse officielle, peuvent ouvrir des portes cruciales. Notre mission est d'aider les entreprises suisses à se développer au Chili. Pour cela, nous proposons tout un éventail de prestations, allant des questions les plus élémentaires à l'entremise d'experts ou d'agents en passant par le soutien aux grandes délégations. Nous nous efforçons toujours de nous mettre à la place des exportateurs et, chaque fois qu’une entreprise suisse réussit sur le marché chilien, nous en sommes ravis!

Event: Cleantech in Chile - The untapped potential of green mining

Vous souhaitez en savoir plus sur les opportunités en matière de technologies propres au Chili? Alors, venez rencontrer Mark Untersander et d’autres intervenants passionnants lors de notre prochain Lunch Event, le 1er avril 2019 à Zurich. Cette rencontre est la plate-forme idéale pour échanger avec d'autres exportateurs et spécialistes chevronnés, tisser des liens ou entretenir des contacts existants. S-GE se fera un plaisir de vous présenter les partenaires commerciaux qui vous soutiendront dans votre expansion au Chili. Avant la rencontre officielle, nous vous proposons des consultations individuelles et gratuites avec nos experts techniques et spécialistes pays. 

Inscription

Liens

En savoir plus sur le sujet
Partager
Comment souhaitez-vous être contacté ?

Partenaire Premium

Partenaires stratégiques

Partenaire institutionnel

Programme officiel