Actualités

L’Université de Berne met au point un modèle non contagieux du SARS-CoV-2

Des chercheurs de l'Université de Berne et de l'Université Rockefeller ont mis au point un modèle non contagieux du SARS-CoV-2 qui permet de caractériser plus facilement les variants et facilite le développement de médicaments.

Institut de Virologie et d'Immunologie
Grâce au nouveau système mis au point, la recherche sur le SARS-CoV-2 ne devra plus être confinée aux laboratoires à haute sécurité biologique.

Des chercheurs dirigés par le lauréat du prix Nobel Charles Rice de l’Université Rockefeller et Volker Thiel de l’Université de Berne et de l’Institut de Virologie et d’Immunologie ont développé un modèle non contagieux du SARS-CoV-2 qui rend plus facile, plus rapide et plus sûr l’étude du virus et de ses nouvelles variantes. En outre, ce modèle réaliste peut être utilisé pour mieux tester les médicaments.

Bien que les vaccins soient désormais suffisamment disponibles dans certaines parties du monde et que de nouveaux médicaments soient mis sur le marché, le risque d’apparition de nouveaux variants, qui pourraient être plus pathogènes et échapper davantage à la protection des vaccins, subsiste. Plus vite les propriétés de ces variants seront déterminées, plus vite des contre-mesures pourront être prises.

La recherche sur le virus SARS-CoV-2 doit être réalisée dans des laboratoires de haute sécurité biologique, ce qui prend du temps et exclut même certains types de tests. Ces tests comprennent le criblage de médicaments à haut débit et le criblage génétique des composants cellulaires, qui sont essentiels à l’infection et à la réplication virales, et qui représentent donc certaines des meilleures possibilités de traitement.

Les laboratoires de haute sécurité ne seront plus les seuls à mener des recherches sur le SARS-CoV-2

Le nouveau système polyvalent de modélisation virale mis au point à Berne et à l’Université Rockefeller sépare la protéine Spike et la mécanique de réplication du coronavirus, mais doit pouvoir être utilisé sans danger dans des conditions de biosécurité réduites. 

Ce système facilite grandement l’étude des propriétés de la protéine Spike et de la mécanique de réplication en même temps, ce qui imite à bien des égards le cycle de vie du SARS-CoV-2 à l’état naturel. En effet, les chercheurs ont pu comparer le nouveau système au « vrai » virus et montrer que l’évasion immunitaire de la liaison des anticorps et l’inhibition par les médicaments antiviraux peuvent être étudiées de la même manière, mais dans des conditions beaucoup plus sûres.

Guide de l’investisseur

Ce manuel informe sur les principaux avantages de l’implantation de société en Suisse, sur le climat d'investissement, les coûts de production, les impôts, l'infrastructure et les nouvelles technologies, le financement et la législation.

Liens

Partager
Comment souhaitez-vous être contacté ?

Partenaire Premium

Partenaires stratégiques

Partenaire institutionnel

Programme officiel