Actualités

Découverte d’une exoplanète en forme de ballon de rugby

À l'aide du télescope spatial CHEOPS, une équipe internationale comprenant des chercheurs des universités de Berne et de Genève a pu détecter pour la première fois la déformation d'une exoplanète.

Exoplanète Wasp-103b en forme de ballon de rugby
En raison des importantes forces de marée, l'apparence de la planète WASP-103b ressemble à un ballon de rugby plutôt qu'à une sphère.

Grâce au télescope spatial CHEOPS, une nouvelle étude menée par l’Université de Berne en collaboration avec l’Université de Genève a identifié la forte influence des marées sur l’exoplanète WASP-103b, lui donnant plus une forme de ballon de rugby que de sphère. C’est la première fois que la déformation d’une exoplanète est détectée.

Sur les côtes, les marées déterminent le rythme des événements. À marée basse, les bateaux restent sur la terre ferme ; à marée haute, le chemin vers la mer leur est à nouveau ouvert. Sur Terre, les marées sont principalement générées par la lune.

Sa force gravitationnelle provoque une accumulation d’eau dans la région océanique située en dessous, qui fait ensuite baisser le niveau d’eau dans les régions environnantes et explique ainsi la marée basse. Bien que cette déformation de l’océan provoque des différences de niveau frappantes à de nombreux endroits, elle est à peine reconnaissable depuis l’espace.

Sur la planète WASP-103b, les marées sont beaucoup plus prononcées. La planète tourne autour de son étoile en un jour seulement et est déformée par les fortes forces de marée de manière si considérable que son apparence ressemble à un ballon de rugby.

Une mesure sans précédent

La planète WASP-103b est située dans la constellation d’Hercule, fait presque deux fois la taille de Jupiter, a une fois et demie sa masse et est environ cinquante fois plus proche de son étoile que la Terre ne l’est du Soleil. « En raison de sa grande proximité avec son étoile, nous avions déjà soupçonné que de très grandes marées étaient provoquées sur la planète. Mais nous n’avions pas encore pu le vérifier », explique Yann Alibert, co-auteur de l’étude, Professeur d’astrophysique à l’Université de Berne et membre de NCCR PlanetS.

Des observations supplémentaires avec CHEOPS et le télescope spatial James Webb seront nécessaires pour comprendre le détail de la déformation due aux marées et la structure interne de WASP-103b et des exoplanètes comparables. « Cela améliorerait notre compréhension de ces « hot Jupiters » et permettrait une meilleure comparaison entre eux et les planètes géantes du système solaire », conclut Monika Lendl, Professeure d’astronomie à l’Université de Genève et co-auteur de l’étude.

Guide de l’investisseur

Ce manuel informe sur les principaux avantages de l’implantation de société en Suisse, sur le climat d'investissement, les coûts de production, les impôts, l'infrastructure et les nouvelles technologies, le financement et la législation.

Liens

En savoir plus sur le sujet
Partager
Comment souhaitez-vous être contacté ?

Partenaire Premium

Partenaires stratégiques

Partenaire institutionnel

Programme officiel