Actualités

Assurances de la SERV : ni tailles ni primes minimales

L’Assurance suisse contre les risques à l’exportation (SERV) n’impose pas de prime minimale pour les opérations d'exportation. Les exportateurs peuvent donc assurer jusqu’aux plus petites opérations.

Il est bien souvent difficile d’obtenir des solutions de couverture financièrement viables auprès de banques ou d’assureurs privés lorsque les opérations d’exportation portent sur des commandes de faible volume. Un exemple concret tiré de la pratique : une PME suisse fabrique des instruments destinés au contrôle automatisé de la qualité des produits alimentaires. Elle pratique des prix compétitifs qui lui permettent de bien vendre ses équipements sur mesure dans le monde entier. Un producteur de vin espagnol décide lui aussi d’opter pour cette technologie. Il commande donc des équipements d’une valeur de 80 000 francs environ. Le client espagnol paie un acompte correspondant aux deux tiers de la valeur totale. Le tiers restant, soit environ 27 000 francs, sera en principe réglé dans un délai d’un mois à compter de la livraison et de la mise en service.

Assurer de telles opérations n’a rien de lucratif : il est rare que les charges liées au traitement et à l'analyse du risque soient inférieures à celles nécessaires pour les commandes dont la valeur assurée est plus importante et qui peuvent de ce fait faire l’objet de primes nettement plus élevées. Dans la plupart des cas, les assureurs privés refusent donc poliment ce genre de demandes ou exigent des primes conséquentes sans rapport avec la valeur de la commande. Celles-ci ne sont donc pas viables pour les PME.

Parce que la Confédération lui a attribué un mandat institutionnel, l’Assurance suisse contre les risques à l’exportation (SERV) adopte une autre perspective. En effet, elle a pour mission de permettre aux entreprises suisses de réaliser des opérations d’exportation grâce à son offre d’assurances et de garanties et donc de préserver des emplois en Suisse.

De ce fait, la SERV n’impose aucun seuil minimum, qu’il s’agisse de la taille de l'entreprise exportatrice ou de la valeur de la commande d'exportation. Les exportateurs peuvent faire assurer même les opérations modestes, et ce, sans avoir à payer de prime minimale. Dans l’exemple précité, la SERV a couvert le montant résiduel d’environ 27 000 francs par une assurance de crédit fournisseur. La prime facturée était tout juste de 100 francs. 

Partager

Autres articles d'intérêt

Partenaire Premium

Partenaires stratégiques

Partenaire institutionnel

Programme officiel