Actualités

L’avenir de la Blockchain passe par la Suisse

Particulièrement attachée au respect de la vie privée et de la protection des données, la Confédération Helvétique a pris très tôt le virage de la Blockchain, qui s’affirme comme la technologie peer to peer et indépendante permettant de renforcer la sécurité des transactions et échanges en ligne. La culture de l’innovation en Suisse et son cadre légal encourageant les initiatives ont permis au pays de s’afficher comme l’un des moteurs de la Blockchain à l’échelle mondiale.

Image d'illustration le déploimenet de la blockchain en Suisse

Les forces de la Suisse par rapport à la Blockchain

En quelques années, la Suisse a bâti un écosystème porteur et inventif sur le terrain de la Blockchain. Trois grands paramètres viennent expliquer cette dynamique qui a propulsé le pays parmi les trois premières destinations mondiales (selon la Crypto Valley Association) pour les startups de la Blockchain. Il y a d’abord le succès du projet de l’Ethereum, qui a drainé à Zoug de nombreux projets Blockchain. Il y a ensuite la forte prégnance bancaire et assurantielle de son économie qui, parmi d’autres filières, font de la Fintech une évolution naturelle et un virage à bien négocier. Enfin, il y a le cadre global de l’entrepreneuriat en Suisse, où l’innovation et l’expérimentation sont largement encouragées, qui attire des startups du monde entier. Sans oublier bien sûr le niveau de compétences élevé de la main d’œuvre sur place. « On peut ajouter à cela de bonnes infrastructures de centres de données, au cœur de l’Europe, et une réelle volonté politique de positionner le pays sur les Fintech », complète Maître Florian Ducommun, avocat au barreau, associé au sein du cabinet HDC à Lausanne (www.hdclegal.ch) et spécialisé en droit de l’innovation et des technologies.

Un impact plus important dans le secteur non-financier

Les entreprises et mêmes les administrations suisses s’ouvrent peu à peu à la Blockchain, soit avec des groupes de travail internes, soit à travers des partenariats. Pour autant, il reste « un important travail de sensibilisation à réaliser », juge Nicolas Schobinger, dirigeant du cabinet de conseil sur le numérique digitaliKa (www.digitalika.ch) et membre de la Crypto Valley Association (www.cryptovalley.swiss) . Basée à Zoug, canton considéré comme le berceau de la Blockchain en Suisse, cette association s’est rapidement imposée comme un moteur de la filière. Il est temps d’accélérer car les enjeux économiques sont grands : « La véritable innovation qu’apporte la technologie Blockchain réside dans l’établissement de contrats ‘intelligents’ (smart contracts) qui permettent d’augmenter la confiance placée dans les transactions, ce qui permet de les dématérialiser, et d’accélérer l’automatisation de nombreux secteurs de l’économie », argumente Florian Ducommun. « La Blockchain aura probablement plus d’impact dans les secteurs non-financiers, qui devraient monter en puissance pour représenter 80% du champ d’application de la Blockchain à moyen terme. Les banques et compagnies d’assurance sont pour l’instant plus spectateurs qu’acteurs », estime pour sa part Nicolas Schobinger.

La Blockchain au service de la traçabilité

Parmi les nombreuses initiatives qui ont vu le jour en Suisse, celle d’Ambrosus (www.ambrosus.com) illustre parfaitement cette dynamique : l’entreprise développe et propose une solution globale de traçabilité des produits, notamment alimentaires et pharmaceutiques, de leur fabrication à leur destruction en s’appuyant sur le meilleur de la Blockchain et de l’IoT, dans un contexte ou l’assurance qualité dans ces secteurs est devenue un enjeu majeur à l’échelle de la planète. Cet outil précieux pour les supply-chain a été « développé par une équipe internationale pluridisciplinaire de pointe, fédérant autour du projet des partenaires de très haut niveau », résume Angel Versetti, dirigeant de la startup installée à Zoug et Lausanne. Ambrosus a, pour ainsi attirer à elle les bonne fées, « bénéficié de la réputation de la Suisse en tant que leader de la révolution Blockchain », poursuit le dirigeant, « et de la volonté clairement affichée des autorités fédérales de stimuler l’innovation ».

Un rôle moteur pour les startups dans les technologies Blockchain

A l’image d’Ambrosus, les startups ont un rôle important à jouer pour le développement des technologies Blockchain. Elles ont tendance à porter les recherche et l’innovation et à stimuler les groupes plus importants. L’un de leurs atouts est de bénéficier assez naturellement d’une crédibilité forte auprès des pouvoirs publics et des grandes entreprises suisses qui acceptent parfois de jouer le rôle d’early adopters de leurs solutions. Cette position stratégique dans le paysage de la Blockchain leur ouvre de nombreuses portes, notamment celles du financement en capital-risque. Pourquoi pas à travers des levées de fonds en cryptomonnaies (ICO), réalisés sous le contrôle attentif de la FINMA, l’autorité fédérale de surveillance des marchés financiers. La densité importante d’acteurs de la Blockchain sur le territoire de la Confédération Helvétique (plus de 400 entreprises et projets selon la Crypto Valley Association) créé à la fois de l’émulation entre eux, permet d’évangéliser plus vite le marché et ouvre en grand les possibilités de partenariats.

 

Table ronde

L’écosystème suisse de la Blockchain sera présenté lors d’une table ronde organisée à l'Ambassade de Suisse en France par le Swiss Business Hub France le 3 juillet 2018 à 18h.

Inscription

Infographie

Liens

Partager
Comment souhaitez-vous être contacté ?

Partenaire Premium

Partenaires stratégiques

Partenaire institutionnel

Programme officiel