Actualités

Brexit: le plus grand risque, c'est l'incertitude

Une semaine après le référendum britannique en faveur d'une sortie de l'UE, Switzerland Global Enterprise a organisé un webinaire à ce sujet. Conclusion: il reste beaucoup d'inconnues. Et l'incertitude est source de risques. Mais on peut s'en protéger.
London view
À Londres, le Brexit a peu de partisans

Il y a quantité d'interrogations et d'impondérables au sujet du Brexit, et les jours qui ont suivi le référendum n'ont guère clarifié les choses. Outre l'incertitude sur la feuille de route vers la sortie de l'UE, il y a aussi le vide de gouvernance à la tête du Royaume-Uni, les luttes intestines des partis et les inquiétudes quant aux réactions de l'UE – et au sein de celle-ci.

Pour les exportateurs suisses, la sortie du Royaume-Uni hors de l'UE n'est qu'un facteur d'incertitude de plus dans une économie mondiale déjà très instable, et à la croissance sans cesse entravée par des crises diverses.

Et cette incertitude à un coût. En effet, le Royaume-Uni est le sixième marché d'exportation pour la Suisse (13,1 milliards de CHF en volume, hors métaux précieux). Un débouché considérable, qui avait d'ailleurs gagné en importance ces dernières années, grâce à une croissance économique robuste et à une livre sterling relativement forte.

La livre touche le fond

Or depuis le Brexit, le taux de change GBP-CHF n'est plus si avantageux pour la Suisse; en effet, la livre sterling s'est beaucoup dépréciée face au franc. En d'autres termes, le pouvoir d'achat des Britanniques a diminué, et la sensibilité aux prix a augmenté en conséquence. Cela ne devrait pas manquer de peser sur la consommation des ménages et sur la propension à investir. Mais il pourrait y avoir quelques avantages. En premier lieu, pour les entreprises qui produisent sur place pour l'exportation.

Si d'après une étude, 40% des entreprises suisses s'attendent à ce que le Brexit influe négativement sur leurs affaires avec le Royaume-Uni, elles sont plus de la moitié (55%) à ne prévoir que des effets négligeables – ou même aucun effet.

Des mesures préventives

Même si les répercussions du Brexit sont encore difficiles à discerner, les exportateurs suisses peuvent se prémunir contre les risques, grâce à certaines mesures préventives. Ainsi, le Swiss Business Hub UK recommande

  • de bien examiner les risques de change CHF-GBP et les surveiller de près (début juillet, la livre est descendue à un plancher historique)

  • de communiquer et rechercher les contacts avec les clients et fournisseurs britanniques, et chaque fois que possible, les approfondir

  • d'analyser les risques qui menacent les clients au Royaume-Uni, afin de se préparer, par exemple, à une baisse éventuelle des commandes

  • de passer en revue la chaîne de création de valeur, pour y repérer les points faibles éventuels liés au Royaume-Uni

  • de passer en revue les accords juridiques et contractuels avec le Royaume-Uni, et les ajuster le cas échéant

  • d'anticiper les coûts et formalités administratives supplémentaires qui pourraient résulter des contrôles douaniers renforcés, des nouvelles consignes et réglementations et des taxes (réintroduction éventuelle des droits de douane)

  • de prévoir des formalités supplémentaires pour le recrutement et l'envoi de collaborateurs au Royaume-Uni

  • de surveiller attentivement le contexte fiscal.

    Questions en suspens

    Il n'est pas encore possible de déterminer quelles industries et quels secteurs seront les plus touchés par le Brexit; on sait toutefois qu'avant le référendum, les secteurs des biosciences, de l'automobile et de l'aéronautique s'étaient prononcées vigoureusement en faveur du maintien dans l'UE. Et ce, probablement pour de bonnes raisons.

    Il y a bien d'autres questions toujours en suspens sur les répercussions du Brexit. On n'a pas fini de faire des conjectures. Deux années au moins devraient s'écouler avant que les négociations sur la sortie du Royaume-Uni soient achevées. C'est-à-dire deux années durant lesquelles le statu quo perdurera, du moins pour ce qui est des relations juridiques et contractuelles entre le Royaume-Uni et l'Union. L'incertitude quant à l'avenir proche reste entière; et cela restera ainsi jusqu'à ce que le Royaume-Uni ait négocié – et fixé contractuellement – ses nouveaux rapports avec l'UE, et la Suisse.

    Brexit: la situation se complique pour les exportateurs suisses

    Brexit – conseil pays sur le Royaume-Uni (11-12 juillet)

    Conseil pays sur le Royaume-Uni (24-25-26-28 octobre)

En savoir plus sur le sujet
Partager

Autres articles d''intérêt

Partenaire Premium

Partenaires stratégiques

Partenaire institutionnel

Programme officiel