Actualités

Chine : Attention aux offres frauduleuses!

Le taux d'offres frauduleuses signalées en Chine a encore augmenté ces derniers temps. Les entreprises suisses sont également touchées.

Des sociétés étrangères sont victimes d’escroqueries orchestrées par des sociétés chinoises

Dans le passé, le Swiss Business Hub China a constaté un nombre croissant d’arnaques orchestrées par des sociétés chinoises visant des sociétés en Suisse et d’autres pays. Les méthodes utilisées varient et sont parfois subtiles ; toutefois, elles peuvent être facilement évitées si on les connaît. 

Comment fonctionnent les escrpqueries?

La prudence est de mise vis-à-vis des commandes inattendues d’entreprises chinoises inconnues. Pour commencer, une société suisse ou autre est contactée de manière inattendue par une société chinoise qu’elle ne connaît absolument pas et qui souhaite lui commander une grande quantité de produits. La proposition semble très lucrative; en général, la société chinoise accepte de verser 30-40% du montant dû avant la livraison, et le reste après. En outre, le partenaire suisse est habituellement invité à venir signer le contrat en Chine. Cependant, une fois le contrat signé, le partenaire étranger rentré chez lui et les produits livrés en Chine, la société chinoise ne paie pas les 60-70 % restants.

Pire encore, la société chinoise semble s’être volatilisée et est impossible à contacter. L’expérience montre que, dans la plupart des cas, le partenaire chinois n’était pas enregistré officiellement mais une fausse société bien déguisée. Il n’est donc pas possible de la traduire en justice puisqu’elle n’a jamais existé, ni d’essayer de récupérer les pertes financières subies.

L’arnaque fonctionne aussi dans l’autre sens: les sociétés étrangères sont incitées à croire qu’elles effectuent des achats de produits à des prix raisonnablement bas en toute légalité. Conséquence: la société étrangère passe de grosses commandes (pour obtenir de plus gros rabais) à la société chinoise qui semble légale et est disposée à livrer les produits contre versement d’un minimum de 20-30 %. Une fois l’argent transféré en Chine, les produits ne sont pas livrés et l’interlocuteur chinois disparaît.

Que faire?

La société qui reçoit des propositions commerciales aussi étranges de la part d’une société chinoise doit absolument obtenir des informations précises sur le passé de son interlocuteur chinois. Pour évaluer le sérieux d’un partenaire chinois potentiel, il peut s’avérer utile de se poser les questions suivantes:

  1. S’agit-il d’un gros volume de commande?
  2. Votre offre a-t-elle été acceptée très rapidement ou sans autres négociations ou exigences complémentaires?
  3. Votre interlocuteur chinois utilise-t-il des adresses e-mail gratuites d’opérateurs tels que Yahoo, Hotmail ou Gmail?
  4. Communiquez-vous essentiellement par e-mail, fax ou téléphone mobile avec l'interlocuteur chinois?
  5. Avez-vous déjà réussi à joindre quelqu’un au numéro de téléphone fixe que votre interlocuteur chinois vous a donné?
  6. Votre interlocuteur dispose-t-il de son propre site Internet?
  7. Les spécifications techniques ou autres ont-elles été discutées?
  8. Avez-vous obtenu des informations précises sur l’usage prévu de vos produits ou sur les clients finaux?

Si vous avez répondu «oui» aux questions 1 à 4 et «non» aux questions 5 à 8, vous pouvez partir de l’idée que les intentions de votre interlocuteur chinois ne sont pas très sérieuses.

Marche à suivre

Si vous êtes contactés par une société chinoise que vous ne connaissiez pas avant, nous vous recommandons de ne jamais lui envoyer de prépaiement. Faites vérifier tous les documents que la société vous montre pour prouver son authenticité par une autorité compétente, car les faux sont faciles à créer mais difficiles à identifier pour des étrangers profanes.

Si l’interlocuteur chinois vous invite à venir signer le contrat en Chine, nous vous suggérons de lui demander de venir en Suisse, les frais de déplacement pourraient être déduits du premier paiement de la commande. Si la partie chinoise ne répond pas à cette proposition, il est presque certain qu’elle n’est pas vraiment intéressée par une relation commerciale dans les règles de l’art.

Avez vous plus de question?

Vous trouverez plus d'informations sur le sujet dans la fiche d'information ci-dessous (anglais). N’hésitez pas à contacter Alain Graf, notre conseiller pour la Chine ou le Swiss Business Hub China.

Documents

Liens

En savoir plus sur le sujet
Partager

Autres articles d''intérêt

Partenaire Premium

Partenaires stratégiques

Partenaire institutionnel

Programme officiel