Actualités

Commerce extérieur suisse: exportations record en 2016

Après avoir faibli en 2015, le commerce extérieur suisse a retrouvé le chemin de la croissance en 2016, propulsé par les produits chimiques et pharmaceutiques. Les exportations ont augmenté de 3,8% pour atteindre le chiffre record de 210,7 milliards CHF. Les autres poids-lourds de l’export - les machines, l’électronique et l’horlogerie - n’étaient pas de la fête.
Camion garé devant un quai de chargement
Les exportations ont atteint un pic en 2016

Les importations ont enregistré une hausse de 4,1% à 173,2 milliards de francs. La balance commerciale boucle avec un excédent record de 37,5 milliards CHF.

Evolution globale

En 2016, les exportations se sont amplifiées de 3,8% (réel : -0,8%) à 210,7 milliards de francs, atteignant par la même occasion un plus haut historique. Le résultat est principalement le fruit du secteur pharmaceutique respectivement du renchérissement de ses produits. Les exportations se sont renforcées de trimestre en trimestre (chiffres désaisonnalisés), avant de virer au rouge au 4ème. Les importations se sont consolidées de 4,1% (réel : +1,2%) à 173,2 milliards de francs. Elles restent néanmoins inférieures de 13,7 milliards de francs à leur sommet de 2008. Au regard de l’évolution trimestrielle, elles ont flanché à partir de mi-2016.

Exportations de produits chimiques et pharmaceutiques : +9,7 milliards de francs

Sept groupes ont vu leurs exportations augmenter en 2016. Avec un essor de 11% (+9,7 milliards de francs), la chimie-pharma a toutefois éclipsé les autres secteurs, affichant par ailleurs un niveau record. Le secteur machines et électronique, le second plus important, a stagné ; celui-ci n’a plus connu de croissance depuis 2011. L’horlogerie a, pour sa part, accusé une baisse des ventes de 10%, soit 2,1 milliards CHF.

Dans les produits chimiques et pharmaceutiques, les médicaments ont gonflé de 19% (+6,1 milliards de francs) contre 15% pour les principes actifs (+1,8 milliard) et 8% pour les produits immunologiques (+1,9 milliard). La hausse du secteur textiles, habillement et chaussures découle uniquement des retours de marchandises. Les exportations d’instruments de précision, de denrées alimentaires, boissons et tabacs ainsi que de métaux ont augmenté entre 2 et 4%. Si les signes négatifs ont prédominé dans le secteur machines et électronique, les machines motrices (+9%) ainsi que les machines pour l’industrie du papier et des arts graphiques (+6%) ont inscrit des chiffres noirs.

Du point de vue géographique, la croissance a pris pied en Amérique du Nord (+13% ; USA : +4 milliards de francs ; niveau record) et en Europe (+3% ; UE : +4%). Dans cette dernière, l’Allemagne (+3 milliards de francs) et la Belgique (+602 millions) ont occupé le devant de la scène. Les envois vers le Royaume-Uni et l’Italie ont en revanche fléchi. Notre voisin transalpin a par ailleurs accusé son plus bas niveau depuis 2003. Les exportations vers l’Asie ont stagné. Le Japon (+928 millions) et la Chine (+889 millions) ont gagné du terrain et atteint un plus haut historique ; à l’inverse, Hong Kong (-892 millions ; montres) et l’Arabie saoudite (-496 millions ; avions) ont plongé. L’Amérique latine a de son côté perdu 5%.

Hausse des importations insufflée par la chimie-pharma et des avions de ligne

Les importations ont évolué dans une large fourchette comprise entre +13% (véhicules et produits chimiques et pharmaceutiques) et -21% (produits énergétiques). Si la hausse globale (+6,8 milliards de francs) a été largement soutenue, 70% de celle-ci repose sur la chimie-pharma. La baisse des produits énergétiques résulte essentiellement de l’évolution des prix (réel : -2%).

Dans la chimie-pharma (+4,9 milliards), les médicaments (+2,9 milliards) et les principes actifs (+1,2 milliard) ont bondi d’un cinquième chacun. L’essor des véhicules (+2,2 milliards) s’explique par l’achat de plusieurs avions de ligne, provenant en premier lieu des USA. Les voitures de tourisme ont à l’inverse stagné (unités : -4%). Le secteur textiles, habillement et chaussures a gagné 8% (+687 millions) contre 4% pour celui des instruments de précision (+305 millions). Les importations de bijouterie et joaillerie ont en revanche battu de l’aile (-932 millions).

En 2016, les trois principaux continents ont progressé, l’Amérique du Nord respectivement les USA en tête (+22% resp. +2,6 milliards de francs). Ici, en plus des produits pharma, les avions de ligne ont pesé lourd dans la balance. L’Europe resp. l’UE ont affiché +3%. A noter la hausse de l’Allemagne (+1,6 milliard) – la première depuis cinq ans – ainsi que de l’Irlande (+631 millions ; pharma), de l’Espagne et de l’Italie. Côté asiatique (+3%), le Viet Nam (+503 millions ; avant tout articles d’usage en métaux précieux) et la Corée du Sud ont brillé ; à l’inverse, les arrivages de Hong Kong, du Japon et de Chine ont flanché de 394 millions francs au total. Pour l’Empire du Milieu, il s’agit du premier revers depuis 2002. Un repli de 22% a touché l’Amérique latine, où le Mexique a plongé d’un tiers

Documents

Liens

En savoir plus sur le sujet
Partager

Autres articles d''intérêt

Partenaire Premium

Partenaires stratégiques

Partenaire institutionnel

Programme officiel