Actualités

Sciences du vivant. Un écosystème performant en Suisse

Les plus grandes compagnies pharmaceutiques mondiales ne s’y trompent pas : installées depuis des décennies en Suisse, elles n’y sont pas simplement restées pour son environnement business-friendly. La Confédération helvétique a aussi développé un écosystème porteur pour les Medtechs et Biotechs. La région de Bâle et la partie occidentale du pays concentrent le plus grand nombre des entreprises, petites ou grandes, qui préparent la santé de demain.

Une femme travaillant dans un laboratoire avec un microscope
Digital Health et Biotech en Suisse

Si l’effet boule de neige devait illustrer une dynamique économique en Suisse, le secteur des sciences de la vie s’y prêterait parfaitement. La Confédération Helvétique s’est imposée en terre d’accueil pour les entreprises du secteur, développant un écosystème particulièrement porteur et attractif pour les startups. Il est aujourd’hui structuré autour de deux territoires. Le premier sur la partie occidentale du pays, allant du Jura Suisse jusqu’au Valais, englobant les cantons de Berne, Fribourg, Vaud, Genève et Neuchâtel : il s’agit de la ‘Health Valley’, pilotée par l’association BioAlps. Le second s’étend sur un territoire plus restreint, concentré sur les cantons de Bâle Ville, Bâle Campagne et du Jura également, sous l’égide de l’association Basel Area. Chacun fédère les différents acteurs, porte la voix de la filière et se charge de la promotion internationale. Ils fonctionnent tels des clusters nés de la volonté politique des cantons sur lesquels ils sont implantés.

Mobiliser les réseaux

« Nous accompagnons toutes les étapes de développement d’une entreprise, de l’idée au produit, en passant par la R&D, la production ou les levées de fonds », témoigne Claude Joris, secrétaire général de l’association BioAlps, « nous sommes capables de mobiliser dans notre réseau les compétences correspondantes ». Health Valley revendique en effet plus de 1.000 sociétés dans les sciences de la vie et BioAlps compte, parmi ses membres, les grands pôles universitaires : Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), les universités de Genève, Lausanne, Fribourg et Berne. Evoluer dans cet écosystème permet aussi d’accéder à une meilleure visibilité auprès des investisseurs. En 2016, les entreprises de la Health Valley ont ainsi capté 600 millions de Francs suisses auprès de Business Angels et de fonds (dont 70% pour des projets Biotechs et 25% pour les Medtechs). « La tendance reste très positive en 2017 », explique Claude Joris.

Stimuler l’innovation

De son côté, Basel Area résume en deux idées essentielles son rôle : « Nous sommes là pour soutenir l’innovation et pour promouvoir les investissements étrangers, ainsi que nous le demandent nos financeurs, les trois cantons et le Seco, Secrétariat d’Etat à l’économie », explique Christof Klöpper, CEO de l’association. Une mission qui s’inscrit parfaitement dans l’ADN de Bâle, poursuit-il : « La présence de Novartis, Roche ou encore Bayer, Johnson & Johnson et Idorsia à Bâle est un véritable atout. Elle renforce la ville comme l’un des pôles mondiaux majeurs de la pharmacie offrant toute la chaîne de création de valeur du domaine des sciences de la vie avec des activités de R&D, de marketing, finances, production... ». Dans ce contexte, il est important d’attirer de jeunes entreprises dont les solutions innovantes dans les nanotechnologies, sciences de la vie, Medtechs ou encore dans l’industrie 4.0, etc. Elles viennent en soutien des industriels qui peuvent trouver chez leurs « petites sœurs » des idées disruptives et de l’agilité pour conforter leur leadership. Cette émulation et ce bouillonnement d’idées collent bien à cette ville ouverte sur le monde, où se croisent un grand nombre de nationalités différentes. « Notre rôle, au sein de Basel Area, est de canaliser cette capacité d’innovation, de fédérer les compétences », poursuit Christoph Klöpper, « nous comptons ainsi sur une communauté de 20.000 ‘innovators’ dans les Biotechs et autres domaines de technologie clés (Key technology areas), que nous mobilisons rapidement selon les besoins ». Au carrefour de l’innovation et des sciences de la vie, Basel Area est une porte d’entrée idéale pour les porteurs de projets et une porte de ‘sortie’ incontournable pour ceux qui, déjà implantés, veulent partir à la conquête du monde.

Dans la Health Valley (essentiellement en Suisse Romande, francophone) ou du côté de Bâle (Suisse Alémanique), les créateurs et entrepreneurs français sont attendus à bras ouverts. « Il y a de vraies compétences en France dans les biotechs et la digital health, qui nous intéressent », explique Christoph Klöpper, « car les Big Pharmas ont besoin de compétences sur ces thèmes ». Ce que confirme Claude Joris : « La France a une longueur d’avance sur ce sujet. Et, sur d’autres spécialités, nous avons accompagné de très belles réussites dans les Biotechs, dont les fondateurs sont Français d’origine (Debiopharm, Incyte…), qui démontrent que rien n’est impossible en Suisse ». L’invitation est lancée !

Liens

Partager

Autres articles d''intérêt

Partenaire Premium

Partenaires stratégiques

Partenaire institutionnel

Programme officiel