Actualités

Immobilier d’entreprise. Les clés d’un marché aux multiples facettes

Faire le choix d’installer son activité en Suisse, c’est immanquablement se retrouver face à une question très concrète, celle des locaux. Où m’installer ? Acheter ou louer ? Comment procéder pour trouver des bureaux adaptés ? Autant d’interrogations légitimes qui imposent de se faire accompagner pour appréhender les spécificités et les pratiques de ce marché aux nombreuses facettes.

Vue sur un batiment et une route

Il ne faut pas se fier aux apparences. Si la Suisse est un pays de taille modeste comparé à d’autres, son marché de l’immobilier d’entreprise est loin d’être uniforme et revêt même une certaine complexité au regard des différences observées d’un canton à l’autre, d’une ville à l’autre. La proximité des infrastructures de transport et de pôles économiques d’importance a évidemment son importance, mais c’est aussi la fiscalité locale, décidée par les cantons et les communes, qui a une influence sur les dynamiques du marché. « Il faut aussi noter que la conjoncture n’a pas épargné la Suisse », souligne Bertrand Maag, directeur de SPG Intercity à Genève (www.spgintercity.ch ), un spécialiste de l’immobilier d’entreprise qui compte des bureaux également à Zürich, Lausanne et Bâle. De fait, entre 2012 et 2016, il estime que la part des bureaux laissés vacants à Genève, par exemple, est passée de 1% de la surface à près de 6%, tandis que les tarifs y ont par endroit reculé de 15% environ. De quoi réanimer fortement le marché de la location en 2017, année qui s’est avérée particulièrement dynamique.

En Suisse, privilégier la location de locaux

Voilà pour le contexte. Concrètement, les entreprises désireuses de s’installer en Suisse, où que ce soit, ont tout intérêt à opter pour la location de leurs bureaux ou locaux. Elles pourront trouver leur bonheur parmi les 90 millions de mètres carrés (estimés) de surface de bureaux et commerces. « Il est essentiel pour cela qu’elles se rapprochent de professionnels locaux de l’immobilier, tant il y a de micromarchés en Suisse », conseille Bertrand Maag. Une bonne connaissance du terrain, une anticipation des futurs mouvements d’entreprises et la prise en compte du marché caché sont en effet la clé pour trouver son bonheur, quelle que soit la surface recherchée. Une tâche difficile quand on arrive et que la première des priorités est d’asseoir juridiquement son entreprise puis de démarrer son activité.

L’immobilier industriel et logistique est plus difficile à appréhender : les entreprises sont le plus souvent propriétaires de leurs locaux et le marché se révèle donc moins liquide. « On constate tout de même que la tendance à la location est en train de progresser : les entreprises veulent de moins en moins immobiliser leur trésorerie dans l’immobilier et il nous arrive de les accompagner sur des opérations de lease-back », explique Bertrand Maag. Une évolution du marché et des pratiques qui devraient contribuer à remettre quelques opportunités sur le marché. Il y a ainsi un fort dynamisme à Genève, avec de nombreux projets de location en cours sur le canton.

Pour s’implanter en Suisse, bien choisir son canton

Reste à se laisser guider par ces professionnels, mais aussi par les offices locaux de développement économique qui ont une bonne vision du marché et une bonne compréhension des besoins des entreprises. Ces acteurs peuvent aider à identifier des territoires encore attractifs du point de vue des loyers et compatibles avec leurs besoins. Si naturellement Zürich, Bâle et Genève sont des secteurs très demandés, Lausanne l’est aussi et devrait voir son succès augmenter avec un taux d’imposition sur les sociétés qui baissera en 2019. « D’autres cantons comme le Jura et Neuchâtel, proches de la frontière française, sont moins demandés et donc moins chers. Ils peuvent intéresser des entrepreneurs de l’horlogerie, de la chimie et de la pharmacie notamment sur les territoires proches de Bâle, par exemple », poursuit Bertrand Maag. Revers de la médaille : ils sont un peu excentrés des grands centres de décisions et leur niveau d’imposition est moins attractif que dans d’autres cantons. Ils viennent néanmoins souligner une offre très diverse à travers le pays, forte de deux grands atouts : le cadre général pour entreprendre reste très favorable et la qualité de vie est particulièrement agréable.

Bon à savoir

Lorsque l’on loue un bien professionnel en Suisse, aucune caution ne peut être demandée par le propriétaire. Dans le cadre de la garantie de loyer, c’est le locataire qui fait la démarche auprès de sa banque d’ouvrir un compte spécifique de garantie bancaire. En cas de litige, le juge décide en premier lieu si cette garantie peut être libérée au bénéfice du propriétaire et, subsidiairement, si le montant libéré correspond à tout ou partie du montant de la garantie.

Liens

Partager
Comment souhaitez-vous être contacté ?

Partenaire Premium

Partenaires stratégiques

Partenaire institutionnel

Programme officiel