Actualités

Impacts de l’Industrie 4.0 sur la conformité de la supply chain

Pour réussir dans le nouvel âge industriel, il faut savoir éviter les écueils et investir dans des solutions rentables. Interview de Thomas Kofler d’Amber Road Suisse AG, partenaire de S-GE
Micro-optique: circuit imprimé.
Globalisation des chaînes logistiques à l'ère du numérique: risques et opportunités pour les PME.

En quoi le concept d’Industrie 4.0 modifie-t-il les chaînes d’approvisionnement mondiales ?

Les machines, appareils et processus électroniques vont connaître une mise en réseau numérique croissante en vue d’optimiser et de gérer les chaînes de valeur de façon toujours plus globalisées. Les expertises et les plans vont supplanter les marchandises physiques dans les flux d’import-export. Ces modèles permettent de produire les marchandises à flux tendus et à moindres coûts dans les déclinaisons et les quantités demandées (p. ex. à l’aide d’une imprimante 3D). La réalité virtuelle du pilotage d’atelier n’en est qu’à ses débuts. Le suivi du service après-vente et la maintenance des machines et autres appareils, en revanche, se fait déjà de plus en plus à distance.

Ces bouleversements ont un impact sur la gestion du commerce et de la logistique, mais aussi sur la gestion du risque et de la qualité tant sur les supply chains qu’en matière de droits de douane et de taxes. De nombreuses PME n’en ont pas encore suffisamment conscience.

Quels sont les défis en matière de conformité ?

Le transfert d’informations ou l’accès électronique aux dossiers techniques, comme l’achat ou la vente de marchandises, sont soumis aux prescriptions d’import-export. Le filtrage des partenaires sous sanctions est donc indispensable.

Il n’existe pas de codes SH pour les données stockées. Chaque entreprise doit établir sa propre classification. La responsabilité des propriétaires des données (envoi/upload) et des destinataires (réception/download) doit encore être définie, ainsi que les modalités de la preuve d’exportation (déclaration d’export par e-mail) et de journalisation des accès aux données/téléchargements.

L’exportation des données concernant les marchandises Dual Use et des données sujettes à approbation pour les imprimantes 3D et pour la télésurveillance doit être réglée avec les autorités douanières compétentes. L’Administration fédérale des douanes (AFD) ainsi que de nombreuses PME se trouvent encore dans un processus d’apprentissage.

Une vigilance particulière doit s’appliquer aux marchandises, technologies et logiciels en provenance des États-Unis, ainsi qu’aux marchandises provenant des États-Unis dans une proportion minimale. Ils sont soumis dans le monde entier à la réglementation EAR. Celle-ci concerne toutes les entreprises qui ont affaire directement ou indirectement aux produits/technologies des États-Unis et tous les secteurs économiques.

Comment soutenez-vous les entreprises suisses ?

Nous proposons des services de conseil intensifs orientés client. Nous analysons notamment les processus existants chez le client. Où et comment les données sont-elles saisies, transmises ou exploitées (p. ex. accès à partir de différents pays) ? Les technologies ou les logiciels des États-Unis sont-ils concernés ? Dans quels délais les données sont-elles mises à la disposition des clients ou des autorités ? Comment la sécurité des données est-elle garantie ? Comment les données sont-elles évaluées et archivées ? Tous les processus numériques peuvent-ils être audités ?

Nous soumettons ensuite à nos clients des propositions spécifiques à chaque projet. Sans solutions TI innovantes, les PME ne pourront pas maîtriser les flux de données une fois la 4e révolution industrielle en place. Nous garantissons le respect de la conformité réglementaire à l’échelle mondiale.

Quid de la propension à l’investissement ?

La plupart des PME ont à mon avis une attitude très réservée vis-à-vis de l’automatisation des processus, y compris dans le domaine de la conformité. Les projets doivent être rentables et, si possible, accroître les gains tout en réduisant les coûts et les efforts. Très souvent, ces projets sont déployés par étapes. Les « Quick Wins » sont décisifs pour participer à l’Industrie 4.0.

Quelles opportunités la 4e révolution industrielle offre-t-elle aux PME suisses selon vous ?

Elle offre moult opportunités aux PME innovantes et, surtout, aux entreprises présentes sur des secteurs de niche. Les téléservices complètent la présence locale, et les partenariats remplacent les investissements. Cela réduit le risque financier pour les opérations internationales des PME.

5ème séminaire d’Amber Road Suisse (en allemand), dédié aux challenges liés aux contrôles des exportations et à la conformité réglementaire, le 16 juin 2016, à Zurich.

En savoir plus sur le sujet
Partager

Autres articles d''intérêt

Partenaire Premium

Partenaires stratégiques

Partenaire institutionnel

Programme officiel