Actualités

Malgré les annonces du gouvernement US, les pronostics pour le secteur auto au Mexique restent positifs

Le nouveau gouvernement américain menace de pousser les constructeurs automobiles à produire aux États-Unis en imposant des droits de douane sur les voitures importées, mettant sous pression le secteur auto mexicain ; pourtant, la plupart des constructeurs maintiennent leurs projets au Mexique. Pour leurs sous-traitants suisses, les perspectives restent rassurantes.

Les prévisions pour les constructeurs automobiles au Mexique restent positifs.
Les prévisions pour les constructeurs automobiles au Mexique restent positifs.

Cette année, les ventes de voitures et de véhicules utilitaires légers au Mexique – le septième producteur d’automobiles au monde – devraient augmenter plus lentement qu’en 2016. L’association mexicaine des distributeurs automobiles AMDA estime que les ventes devraient croître de 7 % à peine, pour atteindre 1,7 millions d’unités. L’an passé, la croissance était de 18,6 %. Mais le sujet de toutes les discussions entre constructeurs mexicains n’est pas le chiffre d’affaires mais plutôt les annonces du nouveau président américain Donald Trump, qui entend ramener les investissements aux États-Unis, aux dépens de leur voisin au sud. La promesse de droits de douanes punitifs, ajoutée aux critiques véhémentes contre l’accord de libre-échange ALENA, a de quoi inquiéter le secteur.

Les constructeurs automobiles prévoient de nouvelles usines

Néanmoins, les vociférations de la nouvelle administration américaine ne semblent pas avoir eu beaucoup d’effets. S’il est vrai que Ford a remisé son projet de nouvelle usine dans l’état de San Luis Potosí, General Motors, Toyota, Honda, Mercedes-Benz, Fiat Chrysler et BMW maintiennent leurs plans d’investissement au Mexique. Ainsi, en septembre 2016, Audi a inauguré une nouvelle usine dans l’Etat de Puebla, peu après la mise en service du nouveau site de Kia au Nouveau León. À l’heure actuelle, trois sites de production automobile sont en construction ou en projet. Cette année, Mercedes-Benz, en partenariat avec Nissan, inaugurera une nouvelle usine à Aguascalientes ; en 2019, ce sera le tour de BMW à San Luis Potosí et de Toyota à Guanajuato. En outre, Nissan et Toyota ont annoncé vouloir investir près de 150 millions d’USD dans leurs usines existantes.

Même si les perspectives de l’industrie automobile ne sont plus aussi dynamiques, l’AMDA maintient ses pronostics: en 2020, près de 5 millions de voitures et utilitaires légers devraient sortir des chaînes de production mexicaines. L’an passé, la production totalisait 3,5 millions de véhicules. Le Mexique ne démord pas de son ambition: devenir une plaque tournante de l’industrie automobile mondiale.

Opportunités pour les sous-traitants suisses.

« Le marché mexicain offre aux sous-traitants automobiles suisses d’excellents débouchés, car le Mexique est de plus en plus vu comme une plate-forme internationale pour la production automobile. Par exemple, Audi produira son nouveau Q5 dans la nouvelle usine de Puebla, pour distribution dans le monde entier. Ainsi, le marché des États-Unis perd en importance », estime Ulrich Hinterberger, conseiller de S-GE pour le Mexique et l’Amérique latine. « Le plus important est de bien se préparer à ce marché très concurrentiel. »

Entretiens-pays Mexique

Demandez un entretien de conseil individualisé d'une heure environ pour discuter de vos projets au Mexique, en mai à Zurich ou à Berne. Sur inscription préalable. Prestation gratuite (service public).

Liens

En savoir plus sur le sujet
Partager

Autres articles d''intérêt

Partenaire Premium

Partenaires stratégiques

Partenaire institutionnel

Programme officiel