Actualités

Niveau record pour les activités de recherche en Suisse en 2015

Recherche et développement en Suisse en 2015

En 2015, la Suisse a consacré plus de 22 milliards de francs à la recherche et développement (R+D), ce qui correspond à une augmentation de 10,5 % par rapport à 2012, année de la dernière enquête. Ce sont surtout les entreprises (71 %) et hautes écoles (27 %) qui ont mené des activités de R+D. Près de 125 000 personnes y ont participé. En comparaison internationale, la Suisse est très bien placée en matière d’intensité de R+D. Telles sont les principales conclusions de l’Office fédéral de la statistique (OFS) au sujet de la R+D.

Photographie industrielle sur l’Innocampus de Bienne, expérimentation et recherche dans le laboratoire de chimie de l’Innocampus de Bienne
La Suisse compte parmi les premiers pays de l’OCDE dans le domaine de la R+D.

En 2015, les dépenses liées aux activités de recherche menées en Suisse s’élevaient à 22,1 milliards de francs, un niveau record. Cela correspond à une augmentation de 10,5 % par rapport à la dernière enquête réalisée en 2012. En raison du contexte économique et monétaire agité, une augmentation d’une telle ampleur surprend. L’abrogation du taux minimal du franc suisse par la Banque nationale suisse (BNS) au début de l’année 2015 avait en effet provoqué une forte appréciation de la devise nationale. Malgré la conjoncture difficile, les dépenses en R+D ont connu pendant la période 2012-2015 une bien plus forte croissance que l’économie globale, mesurée grâce au produit intérieur brut (PIB).

Taux de croissance de la R+D dans les hautes écoles supérieur à la moyenne nationale

En termes monétaires, les entreprises restent les principaux acteurs de la recherche en Suisse (71 % du total des dépenses en R+D). Viennent ensuite les hautes écoles, dont la croissance en matière de R+D est supérieure à la moyenne nationale. En raison de cette forte croissance observée depuis les années 2000, la part des hautes écoles dans la R+D ne cesse d’augmenter. Alors que les dépenses en R+D intra-muros des hautes écoles représentaient 23 % du total en 2000, elles en constituaient déjà 27 % en 2015.

La Suisse présente une forte intensité de R+D

La forte augmentation des dépenses en R+D, supérieure à la croissance du PIB, provoque une poursuite de la hausse de l’intensité de R+D déjà élevée de l’économie suisse. Les dépenses en R+D de la Suisse représentent 3,4 % du PIB. La Suisse compte ainsi parmi les premiers pays de l’OCDE dans le domaine de la R+D. Elle occupe actuellement la quatrième place derrière Israël, la Corée du Sud et le Japon.

Source : Communiqué de presse de l’Office fédéral de la statistique

 

Liens

En savoir plus sur le sujet
Partager

Autres articles d'intérêt

Partenaire Premium

Partenaires stratégiques

Partenaire institutionnel

Programme officiel