Actualités

Pologne: une destination export sous-estimée

Depuis 1989 , le produit intérieur brut polonais a doublé et les importations suisses vers la Pologne ont été multipliées par six. Il serait réducteur de voir simplement la Pologne comme un site à bas coût destiné à la délocalisation de la production. Il faut la considérer comme un grand pays d’Europe centrale.

Tram à Cracovie
La Pologne - le plus grand pays d'Europe orientale - offre d'excellentes opportunités aux entreprises suisses

Avec 38 millions d’habitants, la Pologne est le plus grand des pays d’Europe orientale à avoir adhéré à l’UE.

«Le pays a fait des progrès incroyables: il a même dépassé la Suisse dans l’indice de la Banque mondiale sur la facilité à faire des affaires et occupe la 24e place», explique Monica Zurfluh, directrice de Switzerland Global Enterprise (S-GE) pour la Suisse italienne. L’industrie y représente plus de 23 % du PIB. Le chômage est à son plus bas niveau depuis 1989, et les prévisions tablent sur une poursuite de l’augmentation des dépenses de consommation et du PIB en 2017 (croissance de 3,5 % selon la Banque nationale). Par le passé, les aides européennes conséquentes issues du Fonds de cohésion ont stimulé ce développement. Elles continuent à être versées, même si des retards de paiement ont ralenti la croissance du pays en 2016. Selon Crédit Suisse, la Pologne constitue le marché européen le plus prometteur pour les exportateurs suisses en 2017. «Les entreprises suisses continuent de considérer l’environnement économique comme bon. Les points forts de l’économie polonaise sont toujours les mêmes et la situation reste stable», estime Monica Zurfluh. Contrairement aux prévisions de la Commission européenne, le gouvernement a confirmé que le seuil de 3 % du déficit budgétaire ne serait pas dépassé, malgré les nombreuses nouvelles mesures de politique économique, qui constituent le cœur de l’action du nouveau gouvernement. La politique économique vise surtout à atteindre un niveau plus élevé sur la chaîne de valeur internationale grâce à une augmentation des investissements dans l’innovation. Dans ce but, le pays finance de nombreux domaines prometteurs tels que la mobilité électrique, les systèmes de sécurité informatique, les drones ou les technologies maritimes spécialisées.

«Nous prévoyons un potentiel de marché important pour les entreprises suisses, surtout dans l’industrie manufacturière».

Électroménager, chimie, plastiques, métallurgie

Cela concerne notamment les domaines de l’alimentation, des boissons, et des appareils et ustensiles de cuisine : aucun autre pays européen ne produit autant de petits et grands électroménagers. Bien que les exportations n’aient pas augmenté en 2016, la demande intérieure a continué de croître et, rien qu’au premier semestre, le chiffre d’affaires a atteint 6 milliards d’euros, soit une augmentation d’environ 3 % par rapport à 2015. Les grands fabricants internationaux préparent des plans d’investissement concrets dans d’autres usines polonaises.

Ils jouent un rôle important dans les secteurs de la transformation des ressources énergétiques et de l’automobile. La chimie et la transformation de plastique et de métal comptent parmi les autres domaines majeurs. L’importance des produits nécessitant une forte transformation a par ailleurs augmenté ces dernières années, même si le pays a enregistré un recul cette année dans ce domaine. En ce qui concerne l’avenir, les investissements bruts en équipement devraient connaître une hausse de plus de 5 % ces deux prochaines années.

En 2016, la construction mécanique a enregistré une baisse de chiffre d’affaires, et donc également des investissements, par rapport à 2015. Cependant, les experts prévoient un renversement de tendance à partir de 2017. Pour ce qui est de la quatrième révolution industrielle et de numérisation en général, le pays a encore un retard à rattraper et les fournisseurs suisses pourraient en profiter. En 2015, les investissements de recherche-développement (dont la moitié en entreprises) ont atteint pour la première fois 1 % du PIB. Le processus de numérisation est globalement dans une phase de développement.

Tournant dans la construction mécanique

En 2016, des investissements ont également été réalisés dans l’industrie chimique (plus de 5 %). Plusieurs projets d’envergure engagés par les groupes industriels nationaux garantissent la poursuite de cette tendance.

En Pologne, le charbon demeure la source d’énergie principale. Les fournisseurs d’énergie nationaux construisent actuellement de nouvelles installations d’environ 6000 MW: 27 milliards d’euros devraient être investis dans des centrales à charbon d’ici à 2027.

Selon S-GE, la gestion des déchets, les transports, les services logiciels, l’industrie alimentaires et les produits de luxe comptent parmi les autres secteurs prometteurs. Le luxe bénéficie de l’image particulièrement positive de la Suisse dans ce domaine.

Excellente image de la Suisse en Pologne

En Pologne, les services et produits suisses sont toujours synonymes de fiabilité, de qualité et de luxe, comme le montre une étude sur la perception de la « Swissness » réalisée par l’Université de Saint-Gall et htp St.Gallen Managementberatung AG.

Selon S-GE, la gestion des déchets, les transports, les services logiciels, l’industrie alimentaires et les produits de luxe comptent parmi les autres secteurs prometteurs. Le luxe bénéficie de l’image particulièrement positive de la Suisse dans ce domaine. En Pologne, les services et produits suisses sont toujours synonymes de fiabilité, de qualité et de luxe, comme le montre une étude sur la perception de la "Swissness" réalisée par l’Université de Saint-Gall et l’organe de conseil en gestion htp St. Gallen. «Selon l’enquête, les personnes interrogées sont prêtes à payer plus pour de la qualité. Pour les éviers de cuisine par exemple (un produit sans valeur émotionnelle spécifique), elles sont prêtes à dépenser 12 % de plus rien que sur la base de l’indication d’origine», raconte Monica Zurfluh. «Et ce pourcentage devrait être encore plus élevé pour les produits de luxe. Bien que nous sous-estimions encore parfois la Pologne, de nombreuses entreprises étrangères ont déjà identifié ce nouveau marché, et la concurrence locale est également très forte.» Il existe déjà parfois une grande concurrence, c’est pourquoi il ne vaut pas la peine d’investir dans tous les produits en Pologne. Cela vaut par exemple pour les cosmétiques et les articles ménagers.

«Pour s’installer sur le marché polonais, il faut une promesse de valeur ajoutée claire qui fasse la différence: on doit donc se poser la question “pourquoi un produit suisse serait-il meilleur dans ce cas?”», poursuit la directrice de Switzerland Global Enterprise (S-GE) pour la Suisse italienne. Dans beaucoup des domaines prometteurs cités plus haut, les PME suisses doivent tenir compte de la passation de marchés publics. Dans ce domaine, le prix joue souvent un rôle décisif, ce qui peut être un inconvénient pour les entreprises suisses, en particulier dans un contexte de franc fort. Il serait donc utile de soumettre ces situations à un examen préalable, c’est ce que conseille Switzerland Global Enterprise. « Dans ce contexte, nous recommandons également de s’adresser à un avocat ou à un conseiller spécialisé, la bureaucratie polonaise peut en effet paraître assez obscure pour les entreprises étrangères si elles ne font pas appel à un service de conseil professionnel spécialisé », poursuit Monica Zurfluh.

Bien que la Pologne soit proche (et que l’on se sente presque chez soi lorsque l’on visite le centre historique des grandes villes : les églises et palais des artisans tessinois et architectes et stucateurs insubriens ne sont pas rares), il existe des différences culturelles à prendre en compte. « Même si le pays n’est pas lointain, certaines pratiques commerciales sont réglementées tout à fait différemment », explique Monica Zurfluh. En règle générale, les polonais ont l’habitude d’arriver à des résultats satisfaisants dans des conditions matérielles difficiles. Avec l’amélioration constante de ces conditions, la qualité des produits et des services connait également une augmentation marquée. La Pologne n’est plus depuis longtemps le pays de la main d’œuvre bon marché et des bas salaires, comme c’était en partie le cas au début de la nouvelle ère en 1990.

Dans le monde des affaires, il existe aujourd’hui une nouvelle prise de conscience et d’auto-estime  qui vont toujours de pair avec une grande ouverture envers les partenaires et les investisseurs étrangers. Les étrangers qui se donnent la peine d’apprendre quelques bases de polonais auront droit à un accueil très chaleureux. En outre, il ne faut pas situer la Pologne en Europe orientale : en raison de l’orientation historique vers l’occident et de la situation géographique au centre du continent, beaucoup de Polonais sont allergiques à cette catégorisation.

Les Polonais accordent une grande importance au facteur humain. En effet, les relations personnelles priment, également en ce qui concerne les contacts professionnels, et servent, par exemple via les discussions informelles, à établir une relation de confiance, à apprendre à se connaître et à découvrir les intérêts personnels communs. «Il est important d’entretenir régulièrement les contacts professionnels, et les échanges avec des partenaires polonais doivent se faire d’égal à égal. À cet égard, les contacts informels revêtent en Pologne une importance considérable et sont parfois aussi essentiels que les entretiens formels». Le meilleur des conseils est le suivant: trouvez un partenaire de confiance sur place le plus rapidement possible. Cela permet d’entrer sur le nouveau marché avec une meilleure connaissance des aspects commerciaux et culturels.

«Chaque année, le Swiss Business Hub Pologne conseille, en collaboration avec Switzerland Global Enterprise, plus de 100 entreprises suisses à propos des possibilités d’affaires en Pologne. Nous soutenons environ 40 entreprises, et en particulier des PME, dans leurs projets dans le pays. La mission principale consiste souvent à trouver un partenaire commercial», explique Monica Zurfluh. En collaboration avec la chambre de commerce bilatérale, le Swiss Business Hub participe également à l’organisation de plusieurs salons. Il est par exemple actif sur les pavillons suisses lors de l’événement Mach-Tool à Poznań et du salon de l’énergie Energetab à Bielsko-Biała. La participation à ces salons est très utile et renforce également l’image de la Suisse en matière d’innovation et de qualité.

Cet article a paru en italien dans Ticino Management en avril 2017

Documents

Liens

En savoir plus sur le sujet
Partager

Autres articles d''intérêt

Partenaire Premium

Partenaires stratégiques

Partenaire institutionnel

Programme officiel