Actualités

Zurich, nouveau paradis des robots

De plus en plus de jeunes entreprises souhaitant développer des appareils roulants ou volants autonomes s’installent à Zurich. Même des entreprises de la Silicon Valley délocalisent leurs activités de recherche à Zurich. Selon un article de presse, l’EPF joue un rôle important dans ce cadre.
Zurich devient un pôle de la robotique.
Zurich devient un pôle de la robotique. (Image: Wolfram Scheible/MPI-IS)

Un pôle robotique en croissance constante se constitue autour de l’École polytechnique fédérale de Zurich (EPF), c’est ce qu’indique un article du journal «Neuen Zürcher Zeitung». Des dizaines d’experts des domaines de la robotique et de la vision informatique achèvent leurs études ou leur doctorat à l’EPF. «Dans le domaine de la robotique, l’EPF forme à peu près autant d’étudiants en master et de doctorants que les universités prestigieuses de la région de la baie de San Francisco en Californie», explique au journal Roland Siegwart, directeur de l’Autonomous Systems Lab (ASL) à l’EPF. L’ASL développe des robots et des drones capables de s’orienter dans l’espace de manière autonome. «Nous nous étions préparés en amont, avant que le sujet ne devienne populaire dans l’industrie. Nous étions donc ensuite prêts pour le boom », raconte Marc Pollefeys, professeur de vision informatique à l’EPF.

La réserve de talents de Zurich suscite également l’intérêt de grande entreprises. Nombre d’entre elles transfèrent leur département de recherche à Zurich pour collaborer avec l’EPF. Le groupe de médias américain Disney en constitue un exemple. Pourtant, selon le «Neuen Zürcher Zeitung», d’autres entreprises telles qu’Amazon, Facebook, Samsung, Bosch et Oracle mènent également des recherches dans des domaines analogues à Zurich. Google est aussi présent à Zurich et y développe, par exemple, Tango, une plate-forme technologique permettant à des appareils de s’orienter dans l’espace sans GPS. «De nombreuses entreprises diversifient leur recherche en dehors de la baie de San Francisco. Je suis persuadé que leur intérêt pour Zurich se maintiendra à long terme», affirme Marc Pollefeys.

Grâce à l’EPF et aux grandes entreprises, de plus en plus de start-ups apparaissent également. La jeune entreprise Daedalean en est un exemple.Elle a été fondée par un ancien employé de Google et travaille sur des avions de ligne autonomes. Selon l’article, la plupart des employés de Daedalean sont soit des diplômés de l’EPF soit d’anciens employés de Google.

En savoir plus sur le sujet
Partager

Autres articles d''intérêt

Partenaire Premium

Partenaires stratégiques

Partenaire institutionnel

Programme officiel