Exemples de Réussite

«Plus de 80 ans plus tard, nous n'avons pas oublié que nous avons été l'une des premières start-up au monde»

Hewlett Packard Enterprise (HPE) a une longue histoire en Suisse. Les bureaux de Genève, construits en 1968, sont l'un des tout premiers sites de HPE en Europe. En Suisse, ce leader mondial de la technologie a trouvé un univers propice aux entreprises, qui stimule leur capacité à innover tout en protégeant leurs données dans un environnement sûr.

Salle informatique
F. Chevalier: «Nos bureaux à Genève sont idéalement situés: nous sommes à 15 minutes de l'aéroport, ce qui permet à nos clients internationaux de nous rendre visite très facilement.»

HPE est née comme start-up de la Silicon Valley. Aujourd'hui, le groupe est un leader mondial de la haute technologie, qui fournit à ses clients des solutions informatique complètes, de l’«edge» au «cloud». Construits en 1968, les bureaux de HPE à Genève sont l'une de ses premières implantations à l'étranger. 

Entretien avec Fabienne Chevalier, directrice de Global Demo et du Customer Innovation Center, et Anthony Palmieri, Chief Business Innovation Officer de HPE Suisse. 

Après les États-Unis et Singapour, la Suisse est le troisième pôle IoT de HPE dans le monde. Pourquoi avoir choisi la Suisse?

Fabienne Chevalier: Les bureaux de Hewlett Packard Enterprise à Genève hébergent à la fois l'équipe HPE Suisse, qui se concentre sur les clients et partenaires suisses, et notre équipe Monde, active au niveau international ou régional. L’équipe Monde à Genève gère notamment le Customer Innovation Centre, où nous accueillons des clients venant de tous les pays d’Europe pour des briefings d'un à deux jours en face à face ou de deux à trois heures en ligne. Ces sessions nous permettent de leurs présenter les produits et solutions HPE. D'un point de vue historique, HPE a donc une longue histoire en Suisse. Par exemple, le bâtiment dans lequel je me trouve a été construit en 1968; c'était l'un des tout premiers sites de HPE en Europe. Nos bureaux de Genève sont idéalement situés: nous sommes à 15 minutes de l'aéroport, ce qui permet à nos clients internationaux de nous rendre visite très facilement.

Des institutions académiques de classe mondiale, comme l'EPFL à Lausanne ou l'ETH à Zurich fournissent au secteur privé des talents remarquables, qui stimulent l'innovation. C'est aussi un aspect important du succès de la Suisse.

Comment décririez-vous le paysage de l'innovation en Suisse, et comment pourrait-on l’améliorer pour favoriser encore davantage l’innovation?

Anthony Palmieri: La Suisse est assurément l'un des pays les plus innovants au monde, comme en témoignent plusieurs classements, notamment le dernier rapport annuel de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, qui place une fois de plus la Suisse en première place. L’économie florissante, la stabilité politique et une main-d'œuvre internationale de talent sont les ingrédients clés du dynamisme suisse en matière d'innovation. En Suisse, l’innovation est portée par de grands groupes dans des secteurs importants tels que la banque, la santé et la pharmaceutique, ou encore l’industrie manufacturière. Des institutions académiques de classe mondiale, comme l'EPFL à Lausanne ou l'ETH à Zurich, fournissent au secteur privé des talents remarquables, qui stimulent l'innovation. C'est aussi un aspect important du succès de la Suisse. L'un des défis est de «co-innover» tout en protégeant la confidentialité de ses données. Il est important d'avoir un cadre clair, permettant d’innover tout en préservant l’intégrité de ses données. Et c'est ce que nous offrons à nos clients en Suisse : nous les aidons à garder la souveraineté sur leurs données afin de booster leurs capacités d'innovation dans un environnement sécurisé.

L'un des défis est de «co-innover» tout en protégeant la confidentialité de ses données.

HPE est née comme start-up de la Silicon Valley. Aujourd’hui, comme leader mondial des technologies, comment travaillez-vous avec les start-up qui se lancent?

Anthony Palmieri: Anthony Palmieri: En 1939, deux amis, Bill Hewlett et Dave Packard, ont monté une entreprise, logiquement appelée Hewlett-Packard. Ils ne savaient pas qu'ils venaient de donner naissance à la Silicon Valley, et de créer sa première grande entreprise technologique. Plus de 80 ans plus tard, nous n'avons pas oublié que nous avons été l'une des premières start-up au monde. Nous aimons ainsi nous associer à des start-up pour créer des solutions disruptives pour nos clients. Du niveau local, avec notre programme de start-up en Suisse, au niveau mondial, avec notre division de capital-risque HPE Pathfinder, nous collaborons quotidiennement avec des start-up et des scale-up sur des sujets allant de la coopération commerciale aux investissements ciblés. En Suisse, nous coopérons avec des institutions académiques pour identifier les meilleures start-up en IA (intelligence artificielle) et IoT (internet des objets) et les soutenir. Nous coopérons aussi avec des incubateurs du secteur privé comme par exemple F10 du SIX Group, dans le secteur bancaire. De la fabrication zéro défaut à la réinvention de l'expérience client «phygitale» dans les magasins, en passant par la blockchain d'entreprise, nous nous associons aux start-up de manière réelle et durable.

Dans votre showroom, vous accueillez des acteurs industriels suisses ainsi que d’autres pays européens. Quels sont les défis communs auxquels vos clients font face?

Fabienne Chevalier: Les discussions dépendent du stage de maturité du projet. Au tout début, l’accent est mis plutôt sur la «sensibilisation», il s'agit d'inspirer le client. Et à mesure que le projet avance, on peut mener des conversations plus approfondies sur des solutions individualisées. À travers tous ces dialogues, on voit des défis communs se dégager. Les défis en périphérie de réseau («edge») sont liés à la complexité croissante des types et sources de données générées. Côté infonuagique («cloud»), trop d'applications fonctionnent toujours en dehors du cloud, soit pour rester au plus près des données, soit pour des raisons de latence, de dépendance ou de conformité réglementaire. Par conséquent, les entreprises divergent dans leur modèle d’opération, Avec une partie dans le cloud et une partie sur site. Maintenir ces deux systèmes peut coûter très cher! Alors que les entreprises génèrent et collectent des quantités massives de données, elles ne les agglomèrent pas suffisamment pour pouvoir rapidement accéder aux informations et agir en temps réel. Tout bascule vers le «en tant que service»: les clients veulent consommer l'informatique «en tant que service». La sécurité est aussi sur toutes les lèvres. La sécurisation des connections de l’edge au cloud est devenu un thème très important.

De la fabrication zéro défaut à la réinvention de l'expérience client «phygitale» dans les magasins, en passant par la blockchain d'entreprise, nous nous associons aux start-up de manière réelle et durable.

Quelles tendances voyez-vous émerger dans la fabrication avancée et dans l'IoT?

Fabienne Chevalier: La stratégie edge-to-cloud de HPE trouve un écho très favorable chez nos clients industriels. L’edge, c’est-à-dire la périphérie du réseau, apporte des capacités de calcul à l’endroit où les données sont générées. L'intelligence artificielle est également un aspect clé des discussions sur comment apporter plus d'automatisation et de capacités de projection. Nous parlons souvent d’autonomiser et rendre plus intelligente l’exploitation, afin d’assurer la continuité des activités. La surveillance d’état et la maintenance normative en sont des exemples concrets. Notre showroom, ici à Genève, nous permet non seulement de discuter des innovations mais aussi de les montrer physiquement.

Anthony Palmieri: Concrètement, nous aidons les entreprises dans leur conversion à l’Industrie 4.0. Prenons par exemple le problème de l'assurance qualité. La plupart des entreprises utilisent encore des méthodes traditionnelles de contrôle de la qualité, principalement par contact physique ou visuel. Cela peut conduire à des problèmes de qualité. Nous introduisons les technologies dans la fabrication manufacturière. Comment ça marche? Essentiellement, nous utilisons des capacités d’IoT, comme par exemple en installant une caméra connectée pour capturer des données d’image. Ces données sont transmises à un serveur local qui, grâce à un algorithme d'apprentissage automatique, peut détecter immédiatement si votre produit est correct ou défectueux. Ceci permet d’immédiatement corriger les problèmes de production et d’augmenter considérablement la qualité des produits à long terme. Vous améliorez votre satisfaction client tout en réduisant significativement vos coûts.

[This is a transcript of below video interview]
 


À propos de Fabienne Chevalier
Fabienne Chevalier est directrice du Customer Innovation Center à Genève et de Global Demo chez HPE Suisse. Elle conçoit, gère et facilite les réunions exécutives d’exploration de solutions et d’immersion technologique avec les clients et partenaires. Son équipe réalise également des cas d’étude originaux, faisant intervenir les solutions de HPE ou de ses partenaires. Ces cas d’études sont exploités lors des rencontres et exposés sur le portail de démonstration HPE.

À propos d'Anthony Palmieri
Anthony Palmieri est le Chief Business Innovation Officer de HPE Suisse, représentant HPE Innovation auprès des entreprises et institutions suisses. Il se concentre sur la création de valeur commerciale pour les clients des secteurs tels que la santé, la finance, l’industrie manufacturière, le commerce de détail ou encore la «ville intelligente». En tant que leader du programme start-up en Suisse, il identifie les jeunes pousses les plus prometteuses et innovantes à même de complètent l'expertise de HPE Technologies & Services, afin de créer des solutions packagées, adaptées et axées sur les résultats pour les client HPE.


 

Liens

Partager
Comment souhaitez-vous être contacté ?

Partenaire Premium

Partenaires stratégiques

Partenaire institutionnel

Programme officiel