Expertise

Heiner Mikosch, KOF: «Les innovations jouent toujours un rôle crucial sur les marchés matures»

À l’exemple des États-Unis, du Canada, de l'Europe ou du Japon, les économies développées sont des marchés dits matures. Mais quelle est l’importance réelle de ces marchés dans l'économie mondiale? Quel est le risque d'effondrement économique? Quel est le potentiel pour les exportateurs suisses? Entretien avec Heiner Mikosch, responsable de la section International Forecasts du Centre de recherches conjoncturelles KOF de l’ETH Zurich.

Heiner Mikosch
Heiner Mikosch

Heiner Mikosch, comment le KOF définit-il les marches matures?

Selon le contexte, le terme «marché mature» revêt plusieurs significations somme toute assez proches. Certains auteurs définissent les marchés matures comme étant des marchés peu innovants. Mais un marché peu innovant n’enregistre pas nécessairement une faible croissance, et un marché de faible croissance n’est pas forcément un marché peu innovant, de sorte que les deux définitions ne se recoupent pas vraiment. En macroéconomie, pour le KOF, le terme «marché mature» est peu usité. Nous classons plutôt les économies ou les pays dans les catégories «économies développées», «économies émergentes» ou «économies en développement», en fonction du PIB par habitant. Il faut noter que les économies développées ne connaissent pas nécessairement une croissance plus lente que les économies émergentes ou les économies en développement.

Quelles sont les prévisions de croissance du KOF pour les économies développées, comme les USA, l’Europe ou le Japon?

La croissance potentielle est estimée à 2% aux États-Unis, 1,8% dans l'UE et 0,7% au Japon. À moyen et long terme, la croissance potentielle devrait diminuer progressivement dans l'UE et au Japon. Cependant, cette tendance est due principalement à une baisse de la population active (population vieillissante) et non à une projection de croissance fondée sur une baisse de la productivité globale des facteurs. Les innovations, qui stimulent les processus technologiques et donc la croissance économique, sont généralement considérées par les macroéconomistes comme des événements aléatoires et imprévisibles, en d’autres termes des «chocs technologiques». Il semble donc difficile de faire des prédictions à ce sujet.

Quelle est la probabilité d’un effondrement économique et à l’inverse d’un miracle économique dans les économie développées?

Les économies développées à croissance lente sont souvent plus stables que les économies émergentes à forte croissance. Essentiellement, la volatilité de la croissance est plus faible dans les premières que dans les secondes. En ce sens, l'effondrement économique et à l’inverse une croissance exceptionnelle sont généralement moins probables dans les économies développées à croissance lente que dans les économies émergentes à forte croissance.

Le simple fait qu'un marché soit mature n'implique pas nécessairement que le potentiel de réaliser des profits élevés sur ce marché soit faible.

Les marchés en phase de maturité ont-ils plus de risques d’entrer dans une phase de déclin que les marchés en phase de croissance?

C’est une question intéressante qui entraîne immédiatement une autre question, à savoir: le schéma classique du cycle de vie d’un secteur (croissance, maturité, déclin) est-il applicable à la réalité, ou les marchés peuvent-ils passer directement de la phase de croissance à la phase de déclin, ou encore enchaîner de la phase de maturité à la phase de croissance? J’ai dit que bien souvent la vision schématique du cycle de vie des marchés n’est pas conforme à la réalité, puisque les marchés connaissent des développements éruptifs (spontanés, soudains) et idiosyncratiques (propres, particuliers). Je dirais que les passages d’une phase à une autre peuvent être déclenchés par différents facteurs, par exemple la mise en œuvre d'innovations, des modifications réglementaires ou des changements dans les préférences des consommateurs. Dans une perspective à long terme, les innovations et les changements réglementaires sont, à mon avis, souvent considérés comme des facteurs idiosyncrasiques largement imprévisibles.    

Les entreprises suisses ont-elles du potentiel sur les marchés matures?

Absolument. Le simple fait qu'un marché soit parvenu à maturité – au sens où il ne se développe que graduellement en termes de valeur ajoutée - n'implique pas nécessairement que le potentiel de réaliser des profits élevés (ce qui est l'objectif ultime de la plupart des entreprises) sur ce marché soit faible. Selon moi, les innovations jouent toujours un rôle crucial sur les marchés matures. Pour donner un exemple simple à l'appui de ce point de vue: une entreprise qui augmente sa productivité (par exemple par l'innovation) par rapport à ses concurrents sera en mesure d'offrir ses produits à des prix plus bas, ou pourra offrir des versions de meilleure qualité de ses produits. En conséquence, l'entreprise augmentera probablement sa part de marché, ce qui lui permettra d'augmenter ses bénéfices, même si le marché global ne connaît pas de croissance.       

Aussenwirtschaftsforum, March 26

Would you like to learn more about growth in mature markets? Be part of the Aussenwirtschaft in Zurich on March 26. You can learn from the experiences of other companies and meet experts from the Swiss Business Hubs and Trade Points. The presentations, breakout sessions and executive talks are an excellent opportunity to exchange ideas and expand your own network.

Register now!
Partager
How should we contact you?

Partenaire Premium

Partenaires stratégiques

Partenaire institutionnel

Programme officiel