Global Opportunities

Regulatory Technology au Japon: exploiter les ressources cachées de la conformité

Au Japon, la «Regulatory Technology» (RegTech) est considérée comme une solution phare pour résoudre les problèmes systémiques du secteur financier. La Suisse gagne en notoriété en matière de cryptographie, blockchain et autres technologies des «registres distribués» ("distributed ledger technologies"). Les sociétés suisses peuvent capitaliser sur leur réputation pour fournir des solutions.

Homme d’affaires utilisant un smartphone pour accéder à différents services en lien avec la réglementation
Homme d’affaires utilisant son smartphone pour accéder à différents services en lien avec la réglementation.

Soutenu par les secteurs bancaire et financier, le gouvernement japonais encourage la mise en œuvre des services et produits de la RegTech. Les Jeux olympiques de Tokyo en 2020 commençant à se profiler, l’objectif est de créer un environnement propice à l’adoption des services de la technologie financière afin d’accroître la rentabilité des entreprises et de limiter l’exposition aux risques de conformité. Un autre objectif est d’augmenter l’efficacité de l’administration et d’améliorer les services publics fournis aux contribuables et aux entreprises en misant sur le développement de solutions électroniques simplifiées faisant appel à la RegTech.

Les institutions financières se tournent vers la RegTech pour surmonter les obstacles systémiques freinant l’économie japonaise et générant des coûts élevés (voir le niveau extrêmement élevé des opérations en espèces [60 %] qui bloquent jusqu’à 10 000 milliards de JPY ; numérisation lacunaire dans les secteurs privé et public).

À cela s’ajoutent les coûts habituels liés à la conformité, tels que les frais d’application des principes KYC et AML et des règles en matière de confidentialité des données. L’intégration de l’intelligence artificielle, de l’analyse de big data ou des chaînes de blocs est une priorité pour le secteur bancaire étant donné que, chaque année, les trois plus grandes banques japonaises dépensent 3 à 4 milliards d’USD rien qu’en frais de conformité. Il en va de même pour les services publics traitant de grandes quantités de données sensibles, tels que la retraite et l’assurance maladie. Des solutions mises en œuvre à l’étranger sont à l’étude (société sans argent liquide en Suède, plateforme EasyGov en Suisse) et un écosystème composé de start-ups japonaises et étrangères spécialisées dans les technologies, de grandes entreprises, d’investisseurs, de chercheurs et du secteur public, est en train d’émerger.

L’innovation ouverte est le seul moyen dont disposent les entreprises et le gouvernement japonais pour intégrer les technologies nécessaires. 91 % des sociétés financières envisagent de collaborer avec des fournisseurs de technologie externes dans les 3 à 5 ans à venir, en particulier pour adopter la technologie des chaînes de blocs. Parmi leurs priorités, on trouve: la cybersécurité, pour susciter la confiance des clients dans les banques lors des opérations financières; la conformité , la validation numérique de l’identité, les solutions AML et KYC et la monnaie numérique/virtuelle.

Opportunités variées pour les PME suisses 

Grâce à son secteur financier robuste, la Suisse acquiert à l’international une réputation de centre mondial de la cryptographie, des chaînes de blocs et des autres technologies de registres distirbués. Les sociétés suisses peuvent tirer profit de cette notoriété au Japon pour proposer des produits et services tels que :

  • Solutions basées sur l’intelligence artificielle pour extraire des données et contrôler leur qualité
  • Outils d’intelligence artificielle pour évaluer la conformité et l’exposition aux risques
  • Analyse prédictive
  • Outils de partage d’informations sensibles (KYC et AML)
  • Outils de numérisation
  • Outils simplifiant le contrôle de l’identité
  • Amélioration de la cybersécurité et outils protégeant les données utilisateurs
  • Plateformes permettant aux contribuables (particuliers et entreprises) de fournir et demander des informations en ligne
  • Plateformes pour appels d’offres en ligne
  • Services cloud

Vous désirez en savoir plus ?

Le Swiss Business Hub Japan et ses experts FinTech/RegTech seront heureux de vous guider au Japon. N’hésitez pas  vous inscrire à un entretien de conseil individualisé sur le Japon le 23 mai prochain à Fribourg, ou à contacter notre consultant en charge du Japon, Alain Graf. Contactez-le!

Liens

Partager
Comment souhaitez-vous être contacté ?

Partenaire Premium

Partenaires stratégiques

Partenaire institutionnel

Programme officiel