Global Opportunities

Brésil: opportunités pour les PME suisses dans la medtech

La tendance à la verticalisation et à la consolidation dans le secteur de la santé est à l’origine d’une croissance à deux chiffres des importations de dispositifs médicaux

Les importations de dispositifs médicaux ont progressé de 26% entre janvier et juin 2018 (par rapport à la même période de 2017), signe que de nombreux débouchés s’offrent aux sociétés suisses de la medtech.

Femme au microscope

Le secteur de la santé au Brésil en chiffres

La medtech au Brésil est le marché de tous les superlatifs. Le pays, avec ses 207 millions d’habitants, comptait plus de 6700 hôpitaux, 417 000 médecins, 219 000 dentistes (soit 10% du total mondial) et 438 000 lits d’hôpital en 2017 et son marché de la medtech pesait 4,86 milliards d'USD selon des rapports de l’EMIS et du BMI.

Afin de répondre à la demande en services de santé des secteurs public et privé, le Brésil importe environ 45% du matériel et des équipements utilisés, dont 4% de Suisse qui était ainsi son cinquième fournisseur en 2017. Parmi tous les produits medtech importés, l’imagerie de diagnostic constitue le segment principal, elle représentait 23% du total en 2017. Elle est suivie de près par d’autres dispositifs et consommables médicaux, tels que les moyens auxiliaires destinés aux patients, les dispositifs orthopédiques et les prothèses, qui représentaient 10 à 15% du total. Quant au segment des produits dentaires, qui représente 5% des importations, c’est lui qui a enregistré la meilleure performance en 2017, avec une croissance à deux chiffres aussi bien en monnaie locale qu’en dollars américains.

Pour le premier semestre 2018, les chiffres de la medtech sont également encourageants: tandis que le marché général des dispositifs médicaux a connu une croissance de 14,7% entre janvier et juin 2018, les importations ont progressé de 26% pour s’établir à 3,3 milliards d'USD selon l’Alliance brésilienne des entreprises de la santé innovantes, ABIIS. Ces résultats sont d’autant plus impressionnants que le pays se remet à peine d'une profonde récession, tandis que des élections décisives auront lieu en octobre 2018.

Parmi les raisons expliquant les indicateurs positifs du secteur, citons la consolidation et la verticalisation, des tendances qui donnent aux sociétés suisses de multiples occasions de développer de nouvelles activités, comme nous le verrons ci-dessous.

Verticalisation des compagnies d’assurance-maladie

Selon l’alliance brésilienne des industries de santé innovante ABIIS, la croissance du secteur est due en grande partie à la verticalisation des compagnies d’assurance-maladie qui ont investi dans leurs propres hôpitaux et cliniques afin de réduire les coûts. Une étude menée en 2014 par l’agence nationale pour l’assurance-maladie complémentaire, l'ANS, a montré qu’environ 40% des compagnies d’assurance-maladie au Brésil possédaient déjà leurs propres unités pour accueillir leurs clients.

Ces dernières années, avec la baisse du nombre de bénéficiaires de soins dans le secteur privé et l'escalade des coûts de la santé, la verticalisation est devenue l’une des principales stratégies des compagnies d’assurance-maladie privées pour rester compétitives. La verticalisation permet également de mieux contrôler l’ensemble de la chaîne et de réduire sa dépendance vis-à-vis de tiers. Par exemple, certaines compagnies d’assurance importent directement des dispositifs médicaux de fabricants étrangers, sans passer par un distributeur. Cette méthode réduit les coûts d’importation et permet aux régimes d’assurance d’éviter des fraudes susceptibles d’alourdir le système. Pour les sociétés suisses intéressées par le marché brésilien, il y a là une nouvelle opportunité de vendre directement des produits aux compagnies d’assurance-maladie et d’être plus compétitives en termes de prix.

Fonds d’investissement et consolidation dans les services de soins

Ces deux dernières années, les fournisseurs de services médicaux ont financé une grande partie de l’expansion du secteur (nouveaux hôpitaux, cliniques et laboratoires) par leurs propres ressources, si bien qu'un tiers seulement des investissements ont nécessité des crédits. En 2017, il y a eu 40 fusions et acquisitions et des actionnaires étrangers ont été impliqués dans 80% d’entre elles. Il est important de noter que, depuis la promulgation de la loi 13,097/2015 en janvier 2015, les étrangers ont le droit d’investir dans les sociétés fournissant des services de soins au Brésil, y compris de contrôler et détenir des participations directes et indirectes dans des hôpitaux et des cliniques. Cette modification législative a ouvert la voie à l’acquisition de parts dans des hôpitaux et des cliniques par des fonds d’investissement étrangers, ce qui a consolidé le secteur via l’acquisition de plus petites unités de soins. Dotés d’un capital plus important et moins dépendants des crédits, ces groupes ont investi dans de nouvelles unités ou ont agrandi les structures existantes, comme nous le verrons ci-dessous.

Des investissements technologiques réalisés par des hôpitaux privés de premier plan

Une autre tendance est susceptible d’intéresser les exportateurs suisses du domaine de la medtech: les hôpitaux privés de premier plan du pays cherchent en permanence à améliorer leur efficacité et adoptent de nouvelles technologies. L'Hôpital Oswaldo Cruz de São Paulo, par exemple, a investi 550 millions de BRL dans les nouvelles technologies ces six dernières années, y compris dans le développement de son centre de robots chirurgicaux et dans la création d’un nouveau système pour les protocoles cliniques. Entre 2018 et 2022, l’hôpital entend investir 185 millions de BRL supplémentaires dans l’innovation et la recherche, si l'on en croit une édition spéciale du magazine économique Valor Econômico de juin 2018.

L'Hôpital Albert Einstein, également à São Paulo, investit depuis 2017 dans un système moderne de dossier électronique du patient fondé sur de nombreuses données et prévoit d'investir encore 800 millions de BRL dans un projet d'agrandissement prévoyant un nouveau bâtiment hautement sophistiqué avec des services de chirurgie et un service de soins intensifs.

Quant à l'Hôpital Sírio-Libanês, il investit 170 millions de BRL dans la construction d’un nouvel hôpital avec 144 lits et 6 salles d’opération à Brasília, la capitale. À São Paulo, le groupe va investir 130 millions de BRL dans l'agrandissement de son parc technologique et du bâtiment principal de l’hôpital qui hébergeront une unité d’enseignement et un laboratoire de recherche plus vastes.

Propriétaire d’un complexe de 5 hôpitaux à São Paulo, l'Hôpital Beneficência Portuguesa prévoit de démarrer la construction d’un nouvel hôpital avec 200 services et une capacité de 3500 médecins en 2018. Coût des investissements: 200 millions de BRL.

Enfin, le Rede D’Or Group, connu pour sa stratégie fondée sur les fusions et acquisitions, a investi 500 millions de BRL dans des acquisitions en 2015-2017 et investira encore 2,5 milliards de BRL en 2018 pour développer son réseau, sa croissance devant atteindre 20% cette année.

L’agrandissement des principaux hôpitaux privés montre que les débouchés s’offrant aux sociétés suisses sont nombreux étant donné la particularité du secteur de la medtech en Suisse, résolument tourné vers l’innovation.

Conseils pour les sociétés suisses de la medtech

Les sociétés suisses souhaitant profiter d’opportunités au Brésil, sont priées de s’adresser à notre conseiller senior S-GE pour l’Amérique du Sud, Benedikt Schwartz. Vue d’ensemble de nos services de conseil

En savoir plus sur le sujet
Partager
Comment souhaitez-vous être contacté ?

Partenaire Premium

Partenaires stratégiques

Partenaire institutionnel

Programme officiel