Know how export

Opportunités attrayantes pour exportateurs suisses en Asie du Sud-Est

Les dix pays de l'ASEAN resserrent leur coopération économique, démantèlent les barrières commerciales et accélèrent la numérisation. Cet état de fait ouvre des perspectives commerciales intéressantes pour les PME suisses. Angela Di Rosa, conseillère pour l'Asie du Sud-Est chez de Switzerland Global Enterprise (S-GE) à Zurich, explique ce à quoi les entreprises doivent être attentives pour réussir leur entrée sur le marché.

Skyline

L'Asie du Sud-Est est un marché très prometteur. L'espace économique de l'ASEAN, avec ses dix États membres (Brunei, Indonésie, Cambodge, Laos, Malaisie, Myanmar, Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam) est en effet très vaste. Ce qui n'est pas le cas des pays pris individuellement. D'autres points parlent également en faveur de la région:

  • Ce sont tous des marchés en croissance. Même si une PME suisse est déjà sur place, elle peut continuer à se développer dans la région. Le potentiel de croissance est énorme, notamment grâce à l’essor soutenu et régulier de la classe moyenne. En Indonésie, par exemple, celle-ci devrait tripler d'ici à 2030, passant de 45 à 135 millions de consommateurs.
  • Ce sont des marchés très différents. Les pays offrent des niveaux de technologie à des stades très différents. Les PME suisses pénétreront les pays qui répondent le mieux à leurs besoins.
  • Les pays s'ouvrent aux investisseurs étrangers. Certains pays sont encore protectionnistes. Toutefois, le gouvernement indonésien, par exemple, prévoit de s'ouvrir aux investissements étrangers et de réduire massivement les zones d'activité restreintes ou fermées aux investisseurs étrangers.

Industries et régions particulièrement prometteuses

En fait, l'Asie du Sud-Est est intéressante pour tous les secteurs d'activité, de l'informatique au tourisme en passant par le traitement des eaux usées dans la production textile. Certains pays se sont spécialisés. La Thaïlande se positionne comme une plaque tournante pour l'e-mobilité, les voitures électriques et la fabrication de batteries. La Malaisie marque des points dans l'aérospatiale. Le Vietnam est le favori lorsqu'il s'agit de trouver de nouveaux sites de production. Le pays est également une option pour s'étendre en Asie en substitution à la Chine. Le Vietnam est également prometteur dans le domaine des TI, tout comme la Malaisie. L'alimentation est l'un des secteurs les plus dynamiques en Asie. En ce qui concerne les technologies médicales, l'Indonésie est intéressante. De nombreux hôpitaux y sont actuellement en cours de construction. Il y a une énorme demande de matériaux pour les équiper. Singapour reste la destination privilégiée pour les traitements dentaires et médicaux. La cité-État est donc pertinente pour les fournisseurs d'implants, par exemple.

Les accords de libre-échange facilitent les exportations

Les accords de libre-échange assurent l’accès des PME suisses à ces marchés importants et dynamiques. Singapour et les Philippines ont déjà conclu un accord de libre-échange avec la Suisse. Un accord de libre-échange avec l'Indonésie a été signé fin 2018, mais le peuple suisse a rejeté l’accord par référendum. Autre accord important, le «Partenariat régional économique global» (Regional Comprehensive Economic Partnership (RCEP) a été signé par les pays de l'ASEAN avec la Chine, le Japon, la Corée du Sud, l'Australie et la Nouvelle-Zélande le 15 novembre 2020. L'Asie a ainsi crée ainsi la plus grande zone de libre-échange au monde. Après les tendances protectionnistes de ces dernières années, c'est une évolution positive pour les exportateurs suisses.

Les écueils à éviter

Lorsqu'on exporte vers l'Asie du Sud-Est, la méconnaissance de la culture peut être une pierre d'achoppement, car elle est très différente de la culture européenne. Les différentes religions doivent également être prises en compte. L'Asie du Sud-Est continentale est bouddhiste, tandis que l'Asie du Sud-Est maritime est influencée par l'islam et le catholicisme (Philippines). La langue est aussi en partie un obstacle: tout le monde ne parle pas anglais, et les documents ne sont pas nécessairement disponibles en anglais. Le manque de flexibilité rend également difficile l'entrée sur le marché: la PME suisse qui veut suivre sa propre voie ferait bien de s’en détacher et de s'adapter aux conditions locales. C'est pourquoi il est important de trouver un partenaire local en qui vous pouvez avoir confiance. Les lourdeurs administratives ont été allégées par la numérisation. Les documents douaniers, les enregistrements et les certifications ne posent généralement pas de problème non plus. Il convient toutefois de s'y prendre à l'avance, car les délais peuvent prendre jusqu'à un an. La certification halal est désormais obligatoire en Indonésie pour les fabricants de produits alimentaires et de boissons, de cosmétiques et de produits médicaux

Exporter vers l’Asie du Sud-Est

Vous souhaitez évaluer les opportunités commerciales qui s’offrent à vous en Asie du Sud-Est? Contactez Alain Graf, notre conseiller Asie, qui se fera un plaisir de discuter avec vous de votre projet export. S-GE vous propose des services ciblés sur vos besoins: étude de marché, analyse de la concurrence, aide à la recherche de partenaires d’affaires, renseignements sur la règlementation, etc-

Liens

Partager
Comment souhaitez-vous être contacté ?

Partenaire Premium

Partenaires stratégiques

Partenaire institutionnel

Programme officiel