Membre du mois

Une technologie exigeante développée sur les rives du Léman pour assurer la durabilité de l'environnement, et aujourd’hui disponible dans le monde entier grâce à S-GE

Le membre du mois de janvier 2021 – Almatech SA

Almatech développe des solutions durables pour l'environnement. Si les activités spatiales représentent son cœur de métier, elle travaille également sur une navette navale à grande vitesse propulsée à l’hydrogène pour le transport de personnes: le Zero Emission Speed ShuTtle, ZESST en abrégé, dont le développement a été possible grâce au know-how acquis dans le domaine spatial. Mandatée pour lui trouver des investisseurs et partenaires pour ce projet au Japon, S-GE a pu lui sélectionner 20 partenaires potentiels.

Almatech

Société d'ingénierie spatiale et navale, Almatech SA a été fondée par Hervé Cottard et Luc Blecha sur les rives du lac Léman en 2009. L'entreprise a rapidement grandi, passant de deux personnes à près de trente employés aujourd’hui. La grande majorité des personnes qui travaillent chez Almatech sont des ingénieurs, la moitié ayant étudié dans les deux plus prestigieuses écoles polytechniques de Suisse, l'ETH Zurich et l'EPFL, et l'autre moitié dans des écoles d'ingénieurs renommées dans toute l'Europe.

La société a connu son plus grand succès lorsqu’elle a décroché un partenariat industriel pour concevoir, fabriquer, assembler et tester la structure du satellite du télescope spatial CHEOPS, le premier satellite opéré par la Suisse pour caractériser les exoplanètes.

Si Almatech travaille principalement sur des applications spatiales, elle développe également une navette maritime à grande vitesse et à émission zéro pour le transport de passagers, appelée Zero Emission Speed ShuTtle (ZESST). Le projet, qui a été bien accueilli en Suisse, est basé sur l'expertise de la société développée pour l'espace.

Après le succès initial de ZESST, l'entreprise, aujourd'hui en quête d'investisseurs, a suscité un vif intérêt de la part de partenaires au Japon et en Australie. Les applications potentielles comprennent le transport de passagers dans des villes et villages sur l’eau, ainsi que le tourisme durable dans les zones écologiquement sensibles. Dans le cadre de ses efforts pour attirer des investisseurs et atteindre un large public pour ses produits, Almatech a travaillé avec S-GE, dont la mission consiste à aider les entreprises à réaliser leur potentiel commercial à l’international.

Si Almatech s'est donné la mission très sérieuse de préserver notre environnement, elle a pour principe de s'amuser en travaillant pour l'avenir. Comme le note Hervé Cottard, Almatech voue son énergie et sa matière grise au développement durable, pour le bien de ses clients, de ses employés et de la société dans son ensemble.

Hervé Cottard, quelle est l’idée phare qui sous-tend votre société?
L’idée maîtresse est de travailler avec des amis et d’éviter les formes de travail archaïques que suivent encore la plupart des entreprises. J’ai fondé la société avec six amis, cinq ont rejoint la société juste après sa création ou dans les mois qui ont suivi jusqu’à ce qu’il y ait suffisamment de contrats signés pour que la société soit viable. Le sixième travaillait à l’EPFL. L’idée est de s’amuser tout en travaillant pour l’avenir. L’espace et les technologies propres sont l’avenir.

Quels sont vos principaux marchés d'exportation et pourquoi?
Nous exportons 95 %de nos services spatiaux vers l'Europe, principalement l'Allemagne, la France et l'Italie. Nous aimerions exporter vers les États-Unis, qui est le plus grand marché spatial, mais pour ce faire nous aurions besoin de produits plutôt que de services, qui sont toujours difficiles à vendre à l'étranger. Nous développons en effet des produits pour de nouvelles applications spatiales comme Constellation. Pour ce projet, nous avons reçu un soutien d'Innosuisse. Pour notre navette maritime ZESST nous visons dans un premier temps les pays d'Europe occidentale et les pays scandinaves, ainsi que le Japon, où S-GE nous a trouvé un contact très prometteur, mais aussi l'Australie et plus tard les États-Unis.

Quelle leçon avez-vous pu tirer de votre processus d’expansion à l’international?
Il n’est pas très difficile de comprendre comment fonctionnent les pays d’Europe de l’Ouest car ils sont semblables à la Suisse. Par contre, nous ne savons pas comment les choses fonctionnent aux Etats-Unis et nous avons des inquiétudes en ce qui concerne le comportement des entreprises. En tant que PME nous n’avons pas les moyens d’avoir nos propres juristes et devons donc recourir à des ressources externes qui sont coûteuses et pas toujours fiables. Nous sommes en négociation au Japon pour ZESST et mis à part le barrage de la langue, nos premières expériences ont été positives. Concernant l’Australie, nous manquons encore de recul car l’aventure ne fait que commencer. 

De quoi êtes-vous particulièrement fiers?
Nous sommes extrêmement fiers d’être la seule entreprise industrielle suisse à soutenir le milieu universitaire suisse, en l’occurrence l’Université de Berne et le satellite de caractérisation d’exoplanètes CHEOPS (CHaracterising ExOPlanet Satellite), un développement suisse. Nous avons été sélectionnés au terme d’une compétition à laquelle ont participé des acteurs majeurs comme RUAG Space, et nous en sommes vraiment très fiers. 

En quoi S-GE a-t-telle favorisé votre succès?
En novembre 2019, j’ai participé à une mission économique aux Etats-Unis, principalement à Seattle et à Austin. La mission organisée par le canton de Vaud a été mise sur pied et pilotée concrètement par S-GE. C'était très intéressant là-bas, mais il était tout aussi intéressant de rencontrer les participants, qui sont tous devenus des «business friends». Ce genre de contacts est très utile en Suisse, le réseautage est important dans un petit pays. 

Ensuite, nous avons demandé à S-GE de chercher des investisseurs et des partenaires au Japon pour le projet ZESST. S-GE a fait un travail fantastique puisqu’une vingtaine de partenaires potentiels ont pu être identifiés. S-GE a ensuite contacté une dizaine d'entre eux sur la base de notre sélection et nous sommes maintenant en relation directe avec l'un de ces dix partenaires. Même si rien n'a encore été signé, si ce n’est un accord de confidentialité, tout semble très prometteur. L'investissement consenti pour ce mandat à S-GE a été très intéressant, car il est difficile d'étudier efficacement les opportunités au Japon depuis la Suisse.
 

Rejoignez notre communauté d’exportateurs

Vous souhaitez rester informés de l'actualité des marchés internationaux, échanger avec des exportateurs et experts chevronnés et bénéficier d'offres exclusives réservés à nos membres? Intégrez notre communauté d'exportateurs forte de 2300 membres.

Liens

Partager
Comment souhaitez-vous être contacté ?

Partenaire Premium

Partenaires stratégiques

Partenaire institutionnel

Programme officiel