Actualités

Les grandes écoles ouvrent le Swiss Data Science Center

Les deux Écoles polytechniques fédérales de Zurich et Lausanne ont ouvert ensemble un centre national dédié à la science des données. Ce centre vise à assurer la compétitivité internationale de la Suisse dans ce domaine.
L’EPFL et l’EPFZ ouvrent un centre dédié à la science des données.
L’EPFL et l’EPFZ ouvrent un centre dédié à la science des données. (Photo : Merlin photography ltd./EPFL )

Le Swiss Data Science Center (SDSCa ouvert ses portes lundi en présence des directeurs des Écoles polytechniques fédérales de Zurich (EPFZ) et de Lausanne (EPFL), Lino Guzzella et Martin Vetterli. Jure Leskovec, enseignant à l’Université de Stanford et directeur de recherche du réseau social Pinterest, a également participé à la cérémonie à Berne en tant que principal intervenant.

Le nouveau centre est implanté à Zurich et Lausanne. Il doit contribuer à ce que la Suisse dispose des compétences nécessaires dans le domaine de la science des données pour se positionner parmi les concurrents internationaux. En effet, cette discipline joue un rôle de plus en plus important dans le monde entier, comme l’EPF l’explique dans un communiqué . La science des données est un nouvel instrument qui permet de mieux analyser des systèmes réels complexes. Elle revêt une grande importance entre autres pour la médecine personnalisée. Ainsi, cette dernière va constituer l’un des axes prioritaires des chercheurs du SDSC en plus de la science environnementale et des technologies de production.

«Pour tirer des enseignements des montagnes de données numériques, nous avons besoin du savoir-faire spécifique de spécialistes en données. Le nouveau Data Science Center leur permet de se réunir. Il offre une plate-forme interdisciplinaire qui favorisera aussi bien la formation que le transfert de connaissances», déclare M. Guzzella dans le communiqué.

Parmi ses objectifs, le SDSC vise également à développer une plate-forme d’analyses unique hébergée dans le nuage de données. Cette véritable usine à savoir permettra d’enregistrer, de rechercher et d’analyser des données ordonnées, calibrées et anonymes. «Cette nouvelle plate-forme est un grand pas dans l’évolution de l’Open Science», comme l’explique M. Vetterli dans le communiqué.

En savoir plus sur le sujet
Partager

Autres articles d'intérêt

Partenaire Premium

Partenaires stratégiques

Partenaire institutionnel

Programme officiel